NOUVELLES
27/07/2020 10:54 EDT

COVID-19: maintenir les frontières fermées n'est pas viable à moyen terme, estime l'OMS

Chaque État devait prendre en compte individuellement les risques d'ouvrir ses frontières, a affirmé le directeur des situations d’urgence à l’OMS.

ANTHONY DEVLIN via Getty Images
Au Royaume-Uni, les voyageurs revenant de l'Espagne devront être en quarantaine à leur retour de voyage.

Maintenir les frontières fermées ne constitue pas une stratégie “viable” pour lutter contre le coronavirus, a estimé lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tout en reconnaissant la difficulté d’avoir une stratégie globale à l’échelle internationale.

“Cela va devenir presque impossible pour les pays de maintenir dans un futur proche leurs frontières fermées”, a déclaré le Dr Michael Ryan, directeur des situations d’urgence à l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle.

De nombreux pays dans le monde ferment leurs frontières à des ressortissants venant de zones à risques ou imposent des quarantaines et des tests, mais sans stratégie concertée.

“Maintenir les frontières internationales fermées n’est pas nécessairement une stratégie viable”, a souligné le Dr Ryan.

“Les économies doivent rouvrir, les gens doivent travailler, le commerce doit reprendre”, a-t-il admis, tout en reconnaissant que chaque État devait prendre en compte individuellement les risques d’ouvrir ses frontières.

“Il est très difficile d’avoir une politique qui convienne à tous. Si je suis une petite nation sans cas de COVID-19, un seul cas (importé) peut représenter un désastre. Dans un pays où l’incidence de la maladie est importante, fermer la frontière peut ne faire aucune différence”, a-t-il poursuivi.

“Les mesures de restriction de voyage doivent être prises en conjonction avec d’autres mesures”, a-t-il souligné. “Seules en tant que telles, elle ne sont pas efficaces pour limiter les mouvements du virus, qui est partout”, a ajouté le responsable de l’OMS.

“Mais il est très difficile de définir une politique globale”, a-t-il répété, soulignant que la nature du risque était déterminée par les situations locales et nationales.

À VOIR: l’OMS met en garde contre le «relâchement» face au COVID-19