NOUVELLES
20/03/2020 14:46 EDT | Actualisé 20/03/2020 16:26 EDT

COVID-19: Ottawa mobilise l'industrie pour produire de l'équipement médical de masse

L’Association des fabricants de pièces automobiles s’est offerte pour produire de l’équipement médical au lieu de pièces de voitures.

Traimak_Ivan via Getty Images
body of car on conveyor Modern Assembly of cars at plant. automated build process of car body.

Comme “en temps de guerre”, Ottawa lance un appel aux entreprises et fabricants au pays afin qu’ils s’engagent dans la lutte contre la COVID-19.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi le Plan canadien de mobilisation du secteur industriel qui permettra à des compagnies manufacturières et des fabricants au Canada de produire rapidement l’équipement médical nécessaire pour faire face à l’afflux de cas au pays.

“Grâce à ce plan, les entreprises qui fabriquent déjà des masques, des respirateurs et du désinfectant pour les mains vont pouvoir augmenter considérablement leur capacité de production. On va aussi soutenir ceux qui doivent s’acheter de l’équipement pour permettre à leurs usines de fabriquer les articles en demande”, a dit M. Trudeau.

Ottawa a déjà ciblé trois entreprises afin qu’elles augmentent leur capacité de production: l’entreprise montréalaise Medicom, qui fabrique de l’équipement de protection comme des masques et des blouses; Spartan, une entreprise d’Ottawa qui s’affaire à concocter un test portatif qui pourrait offrir un diagnostic de la COVID-19 en 30 à 45 minutes; et Thornhill Medical, de Toronto, qui produit des respirateurs.

Le premier ministre affirme que son gouvernement a été approché par de nombreuses entreprises qui se demandent comment elles peuvent contribuer à cet effort collectif. Ainsi, l’Association des fabricants de pièces automobiles s’est offerte pour convertir ses installations en une chaîne d’approvisionnement pour fournir une variété d’équipements utiles dans la lutte à la COVID-19.

Les entreprises de toutes les tailles, tous les fabricants et tous les chercheurs sont appelés à relever le défi lancé par le gouvernement fédéral, qui s’appuie sur le fonds de plus d’un milliard de dollars annoncé la semaine dernière.

″Ça ressemble effectivement à un effort de guerre parce que là, on voit bien que le gouvernement canadien concentre tous ses efforts de production industrielle, tous ses efforts d’approvisionnement autour de la lutte contre le virus”, a fait valoir Jean-Yves Duclos, vice-président du comité spécial du cabinet Trudeau sur la COVID-19.

Il ajoute “qu’avec cette capacité accrue, focalisée, comme en temps de guerre, (...) les provinces et les territoires vont être davantage capables de prendre soin de la santé des gens”.

De l’équipement en route

Dans les dernières semaines, Santé Canada et l’Agence de la santé publique ont coordonné les demandes de fournitures provenant des provinces et des territoires, qui fournissent les soins de santé, afin de déterminer les besoins et de prévenir les pénuries.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, dit que le fédéral a déjà commandé 550 respirateurs afin de prendre de l’avance sur une hausse anticipée des cas.

La ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand, assure de son côté que le Canada a garanti la livraison de plus de 11,3 millions de masques.

“Notre but est d’être trop préparés. Nous planifions pour le futur, en prévoyant les besoins actuels et anticipés autant que possible”, a indiqué Mme Anand, lors d’une conférence de presse vendredi après-midi.

Si une partie du pays devait être plus touchée qu’une autre par la COVID-19, des arrangements sont déjà en place pour déplacer de l’équipement ou des travailleurs parmi les provinces ou les territoires.

Mme Tam a rappelé que le Canada doit “aplanir la courbe” pendant que les entreprises produisent suffisamment d’équipement et que les chercheurs trouvent un vaccin.

À VOIR: des mises à pied chez Air Canada