NOUVELLES
16/11/2020 16:32 EST

COVID-19: il y aura plus de morts si Trump ne coopère pas, avertit Biden

Les États-Unis espèrent vacciner 20 millions de personnes d’ici la fin de l’année.

ASSOCIATED PRESS

Le président élu américain Joe Biden a mis en garde lundi contre un risque de morts supplémentaires de la COVID-19 si Donald Trump et son gouvernement refusent de se coordonner avec l’équipe démocrate appelée à assurer la transition à la Maison-Blanche.

Sans concertation entre les deux équipes se succédant à l’exécutif américain, “il se peut que davantage de personnes meurent”, a averti M. Biden, en citant notamment l’urgence de préparer la distribution des vaccins dès qu’ils seront disponibles.

“S’il nous faut attendre jusqu’au 20 janvier (jour de l’investiture du prochain président, NDLR) pour commencer à planifier, cela nous fait prendre un retard d’un mois, un mois et demi”, a assuré M. Biden, qui s’exprimait depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware.

“Et il est tellement crucial que cette coordination commence maintenant... Maintenant ou aussi vite que possible”, a-t-il insisté.

En refusant de reconnaître sa défaite électorale et en affirmant au contraire être celui qui présidera les Etats-Unis ces prochaines années, Donald Trump suscite des inquiétudes et rompt avec la tradition selon laquelle le président élu est amené à être inclus, au moins en tant qu’observateur, dans les grandes décisions de la période de transition à la Maison-Blanche.

20 millions de personnes d’ici la fin de l’année?

La perspective de premières vaccinations contre la COVID-19 aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année se concrétise: après Pfizer/BioNTech la semaine dernière, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi que son vaccin était efficace à 94,5%.

Les deux vaccins pourraient être autorisés par l’Agence américaine des médicaments (FDA) dans la première quinzaine de décembre, a dit lundi Moncef Slaoui, responsable scientifique de l’opération Warp Speed, montée par Donald Trump pour vacciner la population américaine. 

Cela permettrait de vacciner 20 millions d’Américains, en priorité sans doute les plus âgés et à risque, dès la seconde quinzaine de décembre, selon lui, puis 25 millions de personnes par mois à partir de janvier, a-t-il dit sur MSNBC.

Il s’attend aussi à ce que le vaccin de Johnson & Johnson, en une seule dose, donne des résultats dans la seconde moitié de janvier, ce qui ouvrirait la voie à une autorisation dans la seconde quinzaine de février. Sans compter l’autorisation possible d’un quatrième en phase avancée d’essais, AstraZeneca/Oxford.

Au total, les Etats-Unis estiment qu’avec plusieurs vaccins, il y aura assez de doses d’ici début avril pour toute la population.

Quant à l’Europe, des responsables ont indiqué possible de commencer des vaccinations en janvier, sous réserve d’autorisation.

Des deux côtés de l’Atlantique, il faudra sans doute attendre l’été 2021 pour un retour à la normale, avec une proportion élevée de la population vaccinée.