NOUVELLES
08/04/2020 13:13 EDT | Actualisé 08/04/2020 16:36 EDT

«Rien ne sera épargné» pour mieux protéger les aînés, dit Danielle McCann

Dans les prochains jours, il y aura un redéploiement massif du personnel vers les résidences pour personnes âgées.

Québec orchestrera dans les prochains jours une opération d’envergure de redéploiement massif du personnel hospitalier au profit des résidences pour aînés, qui sont frappées de plein fouet par le virus de la COVID-19.

Tous les types d’hébergement sont visés: Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD) et résidences privées.

Par centaines, des infirmières et médecins, qui pratiquent actuellement en milieu hospitalier, vont débarquer dans les établissements abritant des personnes âgées, afin de contrer la tendance.

“Rien ne sera épargné” pour mieux protéger les aînés, a dit la ministre de la Santé, Danielle McCann, mercredi, en présence du premier ministre François Legault, lors de sa conférence de presse quotidienne sur la lutte menée au coronavirus.

Systématiquement, désormais, tout le monde fera l’objet de tests de dépistage dans ces établissements: résidants et membres du personnel.

On calcule que 450 médecins seront mis à contribution auprès des aînés “immédiatement”, a dit la ministre, sans compter des centaines d’infirmières, des préposés aux bénéficiaires et des gestionnaires.

L’appel du gouvernement lancé aux infirmières à la retraite, invitées à reprendre du service, a été entendu: 500 d’entre elles seront au poste à très court terme.

“C’est une opération de redéploiement massif qui est actuellement en marche”, a observé la ministre McCann.

Pour limiter au minimum le nombre de personnes en contact avec les aînés fragiles dans ces établissements, le virus étant particulièrement contagieux, on créera des ”équipes dédiées par établissement et par unité, par zone froide et par zone chaude”.

La très grande majorité (89 %) des 175 Québécois tués jusqu’à maintenant par le virus avaient plus de 70 ans.

Près de la moitié de toutes les victimes vivaient en CHSLD.

Les résidences pour aînés sont devenues le principal foyer d’éclosion et de propagation du virus.

Au CHSLD Sainte-Dorothée de Laval, on compte 105 personnes infectées, 48 employés contaminés et huit décès parmi les résidants.

EN VIDÉO: la conférence de presse du gouvernement du Québec 


Une enquête épidémiologique sera d’ailleurs menée dans cette résidence pour comprendre ce qui a pu se passer, a indiqué le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda. Il faudra par la suite tirer les leçons qui s’imposent, a-t-il ajouté.

Le premier ministre Legault a dit que la société québécoise devait se “mobiliser” comme jamais pour protéger les aînés.

“Je veux qu’on se mobilise, toute la société, tous les Québécois, pour tout faire pour protéger nos personnes âgées. Ça devrait être notre mission des prochains jours, des prochaines semaines”, a-t-il dit.

Le redéploiement du personnel hospitalier vers les résidences pour aînés est rendu possible par le fait que le taux d’hospitalisation des malades atteints du virus est plus faible que prévu. “Une bonne nouvelle”, a-t-il dit, qui permet de préparer le retour graduel à la vie normale.

À l’approche de Pâques, M. Legault a tenu à rappeler l’importance d’observer la consigne de renoncer à toute forme de rassemblement.

Il s’est cité en exemple: “Toutes les années, j’allais chez ma mère, mais là, j’irai pas chez ma mère”, dimanche.

La consigne de distanciation sociale de deux mètres ne sera pas levée de sitôt. “On en a pour des mois”, a convenu le chef du gouvernement, qui cherche ainsi à instaurer une “nouvelle culture” au Québec, dans les relations et contacts entre individus.

Et ce, même quand les entreprises et commerces vont commencer à reprendre vie, la consigne des deux mètres de distance entre soi et les autres devra prévaloir.

Dans ce contexte, la réouverture des garderies et des écoles en mai paraît hypothétique, mais aucune décision n’a encore été prise.

Il faudra apprendre à “vivre autrement”, a renchéri le Dr Arruda.

La reprise économique du Québec passera par les entreprises où cette règle des deux mètres pourra être respectée entre les employés entre eux et entre le personnel et les clients.

Idéalement, le secteur de la construction pourrait reprendre sous peu, “dans les jours ou les semaines” qui viennent, a dit le premier ministre, s’il obtient le feu vert de la santé publique.

Le gouvernement va aussi demander aux employeurs d’être flexibles sur les heures de travail, afin, par exemple, de ne pas engorger les transports en commun aux heures de pointe.

Pour que ce scénario de retour graduel à la vie normale se réalise, il faudra cependant que la propagation se stabilise, que les Québécois fassent preuve de discipline, bref qu’ils acceptent de donner “un dernier coup”, a indiqué M. Legault.

Mercredi midi, le Québec comptait 10 031 cas confirmés d’infection, une hausse de 691 en 24 heures.