NOUVELLES
25/01/2021 08:53 EST

COVID-19: la Chine propage des théories du complot pour détourner l'attention

Les médias d'État et des responsables gouvernementaux sèment des doutes sur les vaccins occidentaux et sur l'origine du coronavirus dans le but apparent de détourner les attaques.

ASSOCIATED PRESS

TAIPEI, Taïwan — Les médias d’État chinois ont attisé les inquiétudes concernant le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer, malgré les tests rigoureux ayant démontré qu’il est sûr. Un porte-parole du gouvernement a de son côté évoqué la théorie infondée selon laquelle le coronavirus aurait pu émerger d’un laboratoire militaire américain, donnant plus de crédibilité à cette allégation en Chine.

Alors que le Parti communiste au pouvoir est de plus en plus interrogé au sujet des vaccins chinois et de plus en plus critiqué sur sa réponse précoce à la COVID-19, il riposte en encourageant des théories du complot qui, selon certains experts, pourraient causer des dommages.

Les médias d’État et des responsables gouvernementaux sèment des doutes sur les vaccins occidentaux et sur l’origine du coronavirus dans le but apparent de détourner les attaques. Les deux enjeux sont mis en lumière en raison du déploiement de vaccins dans le monde et de l’arrivée récente d’une équipe de l’Organisation mondiale de la santé à Wuhan, en Chine, pour enquêter sur les origines du virus.

Certaines de ces théories du complot trouvent un public réceptif en Chine. Le mot-clic «American’s Ft. Detrick», lancé par la Ligue de la jeunesse communiste, a été vu au moins 1,4 milliard de fois la semaine dernière après qu’un porte-parole du ministère des Affaires étrangères eut appelé à une enquête de l’OMS sur le laboratoire d’armes biologiques du Maryland.

«Son but est de déplacer le blâme d’une mauvaise gestion par (le) gouvernement chinois dans les premiers jours de la pandémie vers un complot par les États-Unis», a déclaré Fang Shimin, un auteur résidant aux États-Unis, connu pour avoir dénoncé de faux diplômes et d’autres fraudes dans la science chinoise. «La tactique est assez réussie en raison du sentiment antiaméricain répandu en Chine.»

Yuan Zeng, spécialiste des médias chinois à l’Université de Leeds en Grande-Bretagne, a dit que les allégations du gouvernement se sont tellement répandues que même des amis chinois bien éduqués lui ont demandé si elles pouvaient être vraies.

Le fait d’attiser les doutes et d’encourager la diffusion de théories du complot pourrait contribuer à aggraver les risques pour la santé publique, au moment où les gouvernements tentent de dissiper les craintes entourant les vaccins, a-t-elle ajouté. «C’est super, super dangereux.»

Les médias d’État ont appelé à une enquête sur le décès de 23 personnes âgées en Norvège après qu’ils eurent reçu le vaccin Pfizer. Un présentateur à CGTN, la station de langue anglaise de la chaîne publique CCTV, et le journal «Global Times» ont accusé les médias occidentaux d’ignorer la nouvelle.

Or des experts en matière de santé notent que des décès sans lien avec le vaccin sont possibles pendant les campagnes de vaccination de masse, et un panel de l’OMS a conclu que le vaccin n’avait pas joué un rôle dans les décès en Norvège.

Ces reportages des médias d’État font suite à un rapport de chercheurs brésiliens qui ont trouvé l’efficacité d’un vaccin chinois inférieure à celle annoncée précédemment. Les chercheurs avaient initialement déclaré que le vaccin de Sinovac était efficace à 78 %, mais les scientifiques l’ont révisé à 50,4 % après avoir inclus les cas légèrement symptomatiques.

Après la nouvelle du Brésil, des chercheurs de l’Australian Strategic Policy Institute, un groupe de réflexion soutenu par le gouvernement, ont rapporté avoir vu une augmentation de la désinformation des médias chinois sur les vaccins.

Des dizaines d’articles publiés en ligne, notamment sur des blogues populaires sur la santé et la science, ont longuement exploré les questions sur l’efficacité du vaccin Pfizer, en s’appuyant sur un éditorial publié ce mois-ci dans le «British Medical Journal, qui soulevait des doutes sur ses données d’essais cliniques.

«C’est très embarrassant» pour le gouvernement, a déclaré M. Fang dans un courriel. En conséquence, la Chine tente de soulever des doutes sur le vaccin Pfizer pour sauver la face et promouvoir ses vaccins, a-t-il déclaré.

Des hauts responsables du gouvernement chinois n’ont pas hésité à faire part de leurs préoccupations concernant les vaccins à ARNm développés par les sociétés pharmaceutiques occidentales. Ils utilisent une technologie plus récente que l’approche plus traditionnelle des vaccins chinois actuellement préconisée.

En décembre, le directeur des centres chinois de contrôle des maladies, Gao Fu, a déclaré qu’il ne pouvait pas exclure les effets secondaires négatifs des vaccins à ARNm. 

Un risque politique

L’arrivée de la mission de l’OMS a ramené des critiques persistantes selon lesquelles la Chine avait permis au virus de se propager dans le monde en réagissant trop lentement au début, réprimandant même les médecins qui tentaient d’avertir le public. Les chercheurs invités commenceront leurs travaux sur le terrain cette semaine après avoir été libérés d’une quarantaine de 14 jours.

Le Parti communiste voit l’enquête de l’OMS comme un risque politique, car elle focalise l’attention sur la réponse de la Chine, a expliqué Jacob Wallis, analyste principal à l’Institut australien de politique stratégique.

Le parti veut «distraire le public national et international en déformant de manière préventive le discours sur la responsabilité de l’émergence de la COVID-19», a ajouté M. Wallis.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a lancé le bal la semaine dernière en appelant à l’enquête de l’OMS sur le laboratoire militaire américain. Le site avait été mentionné précédemment par la CGTN et d’autres médias contrôlés par l’État.

«Si l’Amérique respecte la vérité, alors veuillez ouvrir Fort Detrick, rendez publiques plus d’informations sur les 200 laboratoires biologiques ou plus en dehors des États-Unis, et autorisez le groupe d’experts de l’OMS à se rendre aux États-Unis pour enquêter sur les origines», a déclaré Mme Hua.

Ses commentaires, rendus publics par les médias d’État, sont devenus l’un des sujets les plus populaires sur le site chinois de microblogage Sina Weibo.

La Chine n’est pas le seul gouvernement à montrer de présumés coupables du doigt. L’ancien président Donald Trump, essayant de détourner le blâme pour la gestion de la pandémie par son gouvernement, avait déclaré l’année dernière qu’il avait vu des preuves que le virus provenait d’un laboratoire de Wuhan. Bien que cette théorie n’ait pas été définitivement écartée, de nombreux experts pensent qu’elle est peu probable.

À VOIR AUSSI: