Vivre

COVID-19: des astronautes partagent de judicieux conseils sur l'auto-isolement

Les astronautes passent des mois seuls à combiner environnement professionnel et personnel dans l'espace. Voici ce qu'ils suggèrent.
L'astronaute américain Scott Kelly (photo d'archives)
L'astronaute américain Scott Kelly (photo d'archives)

S’il y a des gens sur terre qui sont des champions de l’auto-isolement, ce sont les astronautes.

En cette période de pandémie, les explorateurs de l’espace, parmi lesquels plusieurs ont passé des mois à vivre en isolement dans des lieux hors du commun, partagent leurs conseils sur la façon de se débrouiller tout en vivant en milieu confiné - ce à quoi de nombreuses personnes dans le monde s’adaptent dans le but de limiter le propagation du virus.

L’astronaute de la NASA Scott Kelly a effectué un séjour record de près d’une année entière dans l’espace, en 2015 et 2016.

«Être coincé à la maison peut être difficile. Quand j’ai vécu sur la Station spatiale internationale pendant près d’un an, ce n’était pas facile. Quand j’allais dormir, j’étais au travail. Quand je me réveillais, j’étais toujours au travail. Voler dans l’espace est probablement le seul emploi que vous ne pouvez absolument pas quitter», a écrit Kelly dans un éditorial du New York Times ce week-end.

Kelly a recommandé d’établir et de suivre un horaire, afin d’établir une structure autour d’un environnement de travail et de vie familiale combiné. Il est important de se ménager, écrit-il.

«Lorsque vous vivez et travaillez au même endroit pendant des jours, le travail peut prendre le dessus sur tout le reste si vous le permettez», a-t-il déclaré.

«Prenez du temps pour faire des activités amusantes. Je me suis réuni avec les autres membres de l’équipage pour des soirées cinéma avec des collations et nous avons regardé tous les Game of Thrones — deux fois.»

Il a souligné l’importance d’une heure de coucher récurrente et de se souvenir d’aller à l’extérieur et de profiter de la nature. Lorsque ce n’est pas possible, il a suggéré une chose sur laquelle ses collègues comptaient beaucoup - des enregistrements de sons de la Terre, comme des oiseaux qui chantent et des arbres qui bruissent.

Il a également suggéré des passe-temps (y compris la lecture, jouer d’un instrument, faire de l’art ou de l’artisanat - toutes des activités que les astronautes pratiquent dans l’espace, dit-il), de tenir un journal et de communiquer avec les amis et la famille par vidéoconférence.

Kelly a encensé l’ancien astronaute et commandant de la Station spatiale internationale, le Canadien Chris Hadfield, pour sa célèbre reprise de Space Oddity de David Bowie, filmée depuis la station spatiale.

Hadfield a également partagé des conseils sur l’auto-isolement au début de l’épidémie de coronavirus.

Dans une vidéo intitulée «Un guide de l’astronaute pour l’auto-isolement» («An Astronaut’s Guide to Self Isolation»), Hadfield a résumé le tout en quatre étapes clés pour s’en sortir.

Son aide-mémoire inclut:

1. Soyez au courant des risques.

«N’ayez pas seulement peur des choses. Fiez-vous à une source crédible et renseignez-vous sur le risque réel auquel vous êtes confronté en ce moment. Vous, votre famille, vos amis, les personnes dont vous vous souciez», a suggéré Hadfield.

2. Choisissez des objectifs

«Qu’est-ce que vous essayez d’accomplir? Quels sont vos objectifs?», demande Hadfield. Il a recommandé d’établir une «mission» pour l’après-midi, la semaine ou le mois.

3. Identifiez les contraintes

Hadfield a proposé d’évaluer ce qui vous retient de réaliser ces objectifs, qu’il s’agisse d’obligations professionnelles, de ressources financières ou d’autres obstacles.

4. Agissez

Une fois que vous avez identifié des éléments de réponse à ces trois points, l’ancien astronaute vous suggère d’agir. Cela peut vouloir dire prendre soin de votre famille, démarrer un nouveau projet, lire, écrire, apprendre à jouer d’un instrument ou étudier une nouvelle langue.

«C’est une occasion de faire quelque chose de différent que vous n’avez peut-être jamais fait auparavant», a-t-il déclaré.

L’astronaute à la retraite Buzz Aldrin, qui à 90 ans fait partie d’un groupe à haut risque, a également mis son grain de sel à la pandémie.

Interrogé par Ars Technica sur ce qu’il fait pour rester en sécurité, Aldrin a répondu: “Je reste assis sur mon derrière et je verrouille la porte.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Quarantaine : 22 choses utiles à faire à la maison