POLITIQUE
04/12/2019 16:41 EST

Les libéraux voudraient des cours de français gratuits... pour tout le monde!

Pas seulement pour les immigrants, mais bien pour tout le monde qui voudrait s'améliorer.

DragonImages via Getty Images

Les cours de français au Québec ne devraient pas seulement être offerts aux immigrants, mais à quiconque voulant s’améliorer.

C’est du moins l’avis du député libéral de Jacques-Cartier, Gregory Kelley. Il a présenté un projet de loi, mercredi, pour rouvrir la loi 101 et instaurer «le droit à la gratuité des services d’enseignement du français pour toute personne qui réside au Québec».

L’idée a été bien reçue par le gouvernement de François Legault, qui se dit personnellement «très ouvert» à étendre l’offre des cours de français.

«On évalue vraiment cette proposition. C’est logique», a-t-il dit en anglais lors d’un impromptu de presse à l’Assemblée nationale.

Avant de devenir député, M. Kelley était le chef de cabinet adjoint de l’ancienne ministre responsable pour les relations avec la communauté anglophone, Kathleen Weil. Il dit avoir constaté un réel appétit pour les cours de français lors d’une tournée du Québec. 

 «Ce n’est pas juste pour les anglophones. Je pense aussi qu’un immigrant, après 10 ans, qui veut retravailler son français, (...) il faut qu’il y ait quelque chose de disponible pour lui.

«Un francophone (...) qui a l’opportunité de devenir gérant d’usine mais qui devra rédiger des rapports en français, il dit: “Bien, peut-être que je dois encore prendre un cours pour juste peut-être mieux écrire en français”», a-t-il ajouté. 

Sa collègue, la députée libérale Christine St-Pierre, voit dans son geste quelque chose d’«absolument constructif pour le vivre-ensemble au Québec».

Pour sa part, Christopher Skeete, qui est l’adjoint parlementaire du premier ministre Legault pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise, a déclaré que l’idée était bonne, mais pas nouvelle, puisqu’il y avait déjà pensé.

«Je suis ouvert à regarder ça. C’est quelque chose qui était déjà sur mon radar, a-t-il affirmé. Mon inquiétude, c’était que les gens pensent que nous voulions assimiler les anglophones.» 

Ouvrir les cours de français à tous permettrait notamment aux anglophones de mieux intégrer le marché du travail et la société québécoise, selon lui. Il serait par ailleurs prématuré de parler des coûts potentiels de cette mesure.

Le gouvernement Legault doit déposer un plan d’action en matière de langue française quelque part en 2020. Il a évoqué la possibilité de rouvrir la loi 101 et de la renforcer, sans toutefois s’engager à quoi que ce soit.