Pour moi, c’est le coup de foudre, mais pas pour lui…

Quelque chose vous empêche de prononcer le fameux «Je t’aime»?

Vous avez entamé une nouvelle relation, mais les oiseaux ne chantent pas nécessairement, le ciel n’est pas parfaitement bleu. Bref, votre partenaire et vous n’êtes pas tout à fait sur la même longueur d’onde. Devez-vous nécessairement vous laisser? Non, selon des experts en relations de couple, mais… il y a plusieurs «mais».

Le coup de foudre à tout prix?

Certains célibataires auraient tendance à rechercher le «coup de foudre» sans pouvoir le définir, ce qui entraînerait de nombreuses remises en question avant même que les deux tourtereaux n’aient donné de chance à la relation.

«Combien de fois je me suis fait laisser parce que le gars n’était pas 100% sûr qu’il m’aimait alors qu’on se fréquentait depuis des mois et que tout semblait bien aller ?, témoigne Sandra*, 30 ans. C’était pas l’amour fou du genre “je pourrais mourir pour toi“, mais on était bien ensemble, on se respectait, le sexe était bon, on se présentait nos amis. Pour moi, c’est ça un couple. […] Je ne sais trop ce qu’ils cherchent de plus pour être honnête.»

Chaque célibataire doit donc faire un travail d’introspection, selon la sexologue psychothérapeute Caroline Messier-Bellemare, afin d’identifier ce qui différencie un coup d’un soir ou une amourette d’un vrai potentiel amoureux durable. «Ce n’est pas toujours facile à faire, dit-elle. Peut-être qu’une thérapie peut l’aider à sortir de ses patterns de mauvais choix.»

Évaluer ses besoins et verbaliser ses attentes

Faire virevolter les profils de célibataires à gauche et à droite sur son écran de téléphone, c’est facile. Mettre le doigt sur ce qui nous intéresse vraiment, et à long terme, c’est plus compliqué... Mais nécessaire.

«C’est normal d’être ambitieux sur ce qu’on recherche, mais il faut faire le processus de façon consciente et réfléchie. Quand on ne sait pas ce qu’on cherche, on devient suspicieux, anxieux pis ce n’est pas le bon état d’esprit pour rencontrer [ou s’engager complètement avec] quelqu’un», indique Mme Messier-Bellemare.

Une fois qu’on a déterminé nos aspirations amoureuses, ça nous permet plus facilement d’harmoniser nos besoins et nos attentes avec ceux de notre futur partenaire, l’étape la plus complexe à franchir dans un couple, selon la sociologue, chercheuse et professeure à l’UQAM Chiara Piazzesi.

«Il n’y a pas de recette magique. Il faut conjuguer nos besoins et nos attentes en les partageant, en les expliquant. Il n’y a rien de pire que de faire l’exercice de s’imaginer les besoins de l’autre. […] Il faut être explicite pour que l’autre comprenne bien ce qu’on veut, et qui on est. Après, on gérera les attentes divergentes, on les harmonisera jusqu’au point où nos besoins ne seront peut-être pas sacrifiés».

Miser sur soi d’abord

Vos besoins et vos attentes ne sont pas comblés? Ouch, ça fait mal, mais c’est peut-être le moment de penser à vous et à votre façon de voir les relations de couple avant de capituler.

«On veut que les choses changent, mais on ne veut pas changer personnellement. On croit que le changement passe par l’autre. On ne réalise pas qu’on a tout en notre possession pour vivre la vie qu’on veut. Mais que pour ça, on va devoir se pousser dans ses zones d’inconfort. […] La seule personne dont vous pouvez vous assurer d’obtenir plus, c’est vous», suppose Caroline Messier-Bellemare.

«Dans le fond, on veut se trouver et être persuadé qu’on est tellement hot, tellement désirable que l’autre ne vient que confirmer ce qu’on sait déjà. L’autre nous apparaît comme une belle surprise, car nous n’avions pas d’attentes face à lui ou elle. Les attentes ont été tournées vers nous.»

Autrement dit, ce n’est pas juste à votre partenaire de consulter et de rassurer. Quelques visites chez un thérapeute pourrait aider à faire une évaluation plus juste de vos attentes, de l’actuelle relation et plus largement de votre relation saine ou malsaine avec l’amour.

Si Jean-Simon*, 32 ans, donne raison à la sexologue sur l’importance de l’accomplissement personnel, il croit cependant que sa partenaire de vie doit lui démontrer clairement son amour sur une base quotidienne pour que la relation soit viable. «Je suis quelqu’un d’assez confiant. (rires) Mais si ma blonde me disait pas “je t’aime“ une fois de temps en temps, je ne pense pas que je resterais avec. J’aurais l’impression qu’elle ne m’aime pas dans le fond.»

Bilan positif ou négatif?

Avant d’éjecter un partenaire qui démontre moins d’intérêt que vous ou qui n’a pas les mêmes attentes, il est conseillé d’évaluer s’il nous apporte plus de bien que de mal, ou l’inverse. Est-il respectueux, attentionné, à l’écoute, présent? Démontre-t-il de l’intérêt envers vous, même si ce n’est pas aussi «passionnel» que vous le désireriez? Vous rassure-t-il? Vous sentez-vous aimé et reconnu?

«Regardez ce que cette personne donne lors de vos moments passés ensemble au lieu de vouloir toujours plus… de moments, par exemple. […] On gagne toujours à voir ce qu’elle nous a apporté, plutôt que ce qu’elle ne nous a pas apporté», pointe la sexologue Caroline Messier-Bellemare.

Quand vient le temps de passer à autre chose

Si votre partenaire a clairement démontré qu’il n’avait pas les mêmes attentes que vous, que la relation vous apporte plus de frustrations que de bien-être, il faudra lâcher prise pour éviter plus de dégâts émotionnels.

«C’est tough, mais c’est tough aussi de rester avec quelqu’un qui ne veut pas la même chose que nous», résume Mme Messier-Bellemare.

Si toutefois vous allez de l’avant, ensemble, il faudra toutefois «assumer la totale responsabilité de cette décision, donc ne pas garder de frustrations par rapport à l’autre, poursuit-elle. Et choisir de vous laisser de l’air dans la relation, que vous entamiez un travail sur vous et votre vie personnelle. Ça, ça veut dire enlever le focus sur ce que vous n’avez pas et miser sur ce que vous avez pour le faire grandir et évoluer.»

* Noms fictifs

* Le masculin a été employé pour alléger la lecture.