NOUVELLES
26/03/2020 13:54 EDT

Coronavirus: la STM réduit son service de bus et de métro

Rien n'indique que le coût d'un titre mensuel sera revu à la baisse pour ceux qui doivent continuer d'aller au travail.

BalkansCat via Getty Images
La STM a connu une baisse importante de son achalandage au cours des dernières semaines en raison de la pandémie de COVID-19.

La Société de transport de Montréal (STM) et la Société de transport de Laval (STL) réduiront dans les prochains jours le nombre de passages d’autobus et de métro pour s’ajuster à la baisse d’achalandage provoquée par la pandémie de COVID-19.

Alors que le premier ministre François Legault a «mis le Québec sur pause» pour au moins trois semaines encore, la STM a annoncé jeudi qu’elle réduirait d’environ 20% l’offre de service aux heures de pointe à partir de lundi.

Au cours des dernières semaines, l’achalandage a baissé de près de 75% dans son réseau d’autobus et de plus de 80% dans le métro. Et tout indique que la baisse est appelée à s’accentuer en avril, alors que les autorités resserrent les mesures de distanciation sociale pour éviter la propagation du coronavirus.

«Les besoins de déplacements des travailleurs essentiels, notamment pour la desserte des grands établissements de santé, sont pris en considération», a assuré la STM par voie de communiqué.

«Une analyse fine de l’achalandage des circuits a été effectuée pour cibler les opportunités d’ajustements sans contribuer à augmenter, le plus souvent possible, le niveau de charge à bord des véhicules», ajoute-t-on.

Du côté de Laval, la STL a annoncé que le service sera réduit d’environ 45%, et ce, dès samedi.

La fréquence des trains de banlieue exo est aussi réduite depuis lundi, à l’exception de la ligne Mascouche. La fréquence des autobus opérés par exo sera aussi réduite dès lundi.

Dans son communiqué envoyé jeudi, la STL a pris soin de rappeler «qu’aucune fermeture du transport collectif n’est envisagée, et ce, pour toute la région métropolitaine».

L’ARTM «en discussion»

L’Autorité régionale de transport métropolitain a été sommée par de nombreux citoyens de rembourser les usagers du transport en commun qui détenaient un titre mensuel ou un abonnement annuel en mars et qui l’ont peu utilisé en raison des mesures de confinement.

L’ARTM, qui gère les sociétés de transport de Montréal, Laval et Longueuil, en plus du réseau exo, affirmait mardi qu’elle était en train de consulter ses partenaires sur la question.

Le porte-parole Simon Charbonneau a toutefois souligné au HuffPost Québec que les discussions portaient sur «la seconde moitié de mars». Rappelons que la fermeture des écoles québécoises a été annoncée le 13 mars dernier.

Doutant de la capacité de l’ARTM à rembourser tous ces usagers, le président de Trajectoire Québec, François Pépin, a estimé qu’il est plus probable que la compensation soit versée sous forme d’un rabais sur un prochain achat de laissez-passer mensuel, «quand la crise sera réglée».

«Quand il y a eu des grèves dans le passé, c’est ce qui a été fait», a-t-il expliqué au HuffPost plus tôt cette semaine.

L’ARTM a par ailleurs encouragé les titulaires d’un abonnement annuel - dont le paiement pour le mois d’avril a déjà été prélevé - à ne pas demander un remboursement pour le moment.

«Cette procédure équivaut à la résiliation de l’abonnement et entraîne la perte des privilèges liés à l’abonnement», a rappelé Simon Charbonneau. «Nous recommandons fortement aux usagers d’éviter cette démarche si possible, puisque nous sommes toujours en discussion avec nos partenaires afin d’aider les abonnés tout en leur permettant de conserver leurs privilèges.»