NOUVELLES
30/05/2020 09:53 EDT

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

Voici les derniers faits marquants à propos de l'épidémie de COVID-19.

ASSOCIATED PRESS Photo/Francisco Seco
La Belge Liliana Van Dyck, 85 ans, maintenant une distanciation physique pour se protéger contre le coronavirus, dit au revoir à son fils Marc, à la maison de repos pour personnes âgées Les Jardin D'astrid à Maurage, en Belgique, mercredi 20 mai 2020 (photo d'archive)

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19, qui a fait plus de 364 000 morts dans le monde.

Trump rompt avec l’OMS

Le président américain Donald Trump, qui avait déjà suspendu la contribution américaine au budget de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a coupé les ponts avec l’agence onusienne, qu’il accuse de complaisance envers Pékin.

Les États-Unis, qui en étaient le premier bailleur (893 millions de dollars sur la période 2018/2019, environ 15% du budget de l’OMS), vont «rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent».

Plus de 364 000 morts

La pandémie a fait au moins 364 362 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi à 11h00 GMT.

Près de six millions de cas ont été diagnostiqués depuis le début de l’épidémie dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis sont le pays le plus lourdement touché en valeur absolue, avec 102 836 décès. Suivent le Royaume-Uni (38 161), l’Italie (33 229), la France (28 714), le Brésil (27 878) et l’Espagne (27 121).

Mais en proportion de la population, hors micro-États, c’est en Belgique que la mortalité est la plus élevée (816 morts par million d’habitants), devant l’Espagne (580), le Royaume-Uni (562), l’Italie (550), la France (440), la Suède (431), les Pays-Bas (346), l’Irlande (333) et les États-Unis (311).

Résultats «encourageants»

L’anakinra, médicament contre des maladies rhumatismales, donne des résultats «encourageants» pour les formes graves de la COVID-19, en réduisant le risque de décès et le besoin d’être mis sous respirateur en réanimation, selon une étude française parue dans la revue spécialisée The Lancet Rheumatology.

Le médicament permettrait de limiter l’«orage cytokinique», une réaction inflammatoire incontrôlée mise en cause dans les formes graves de pneumonie COVID-19, débouchant sur un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

D’une catastrophe à l’autre

En 1984 à Bophal (Inde), un nuage toxique échappé d’une usine de pesticide tuait 3 500 personnes sur le coup, puis quelque 25 000 autres personnes les années suivantes.

Aujourd’hui, les personnes intoxiquées par le nuage représentent une part significative (près de la moitié selon le gouvernement) des personnes décédées de la COVID-19 dans cette ville du centre de l’Inde.

Quarantaine présidentielle 

Le président uruguayen Luis Lacalle Pou est en quarantaine après avoir participé à une réunion avec une fonctionnaire testée positive au coronavirus.

Reprise de la NBA fin juillet? 

Adam Silver, patron de la ligue nord-américaine de basketball (NBA), vise un retour à la compétition le 31 juillet. Son plan de reprise de la saison, suspendue depuis le 11 mars et le test positif du Français Rudy Gobert, prévoit des matchs à huis clos sur le site Disney World, en Floride.

Interdit de caresser les macaques 

Toucher les macaques de Gibraltar va devenir un délit dans cette enclave britannique située à l’extrême sud de l’Espagne, afin de protéger les primates du nouveau coronavirus. Les macaques vivent en haut du rocher dominant Gibraltar auquel les touristes peuvent accéder grâce à un téléphérique.

À VOIR AUSSI: En Espagne, une ville de 130 000 habitants teste l’ensemble de la population