TÉMOIGNAGES
22/09/2020 15:52 EDT

Le coronavirus m'a enlevé mon passe-temps favori: discuter avec des étrangers

Ce n'est que lorsque le confinement a commencé que j'ai réalisé l'importance de ces petites interactions dans ma qualité de vie.

gmast3r via Getty Images

Je suis cette personne qui dit tout à tout le monde.

Je ne peux pas m’en empêcher. Ma journée n’est pas complète sans une rencontre fortuite avec un étranger, généralement la personne assise à côté de moi dans les transports en commun, qui commence par une discussion légère avant de se transformer en une conversation profonde sur l’amour, la vie et tout ce qui se situe entre les deux. Parler fait du bien à ma santé mentale, sans parler de mes déplacements, et cela m’aide à me sentir comprise, courageuse et me donne un sentiment d’appartenance.

Je me souviens d’une fois, dans un train, alors que j’étais déchirée entre mettre fin à une relation ou m’y accrocher. J’ai décidé de demander à la dame assise en face de moi comment on peut savoir qu’on a rencontré la bonne personne. Elle avait l’air surprise, mais m’a fait un sourire familier et m’a demandé: «Que vous dit votre instinct?»

Mes yeux se sont illuminés.

Pendant le reste du voyage, elle m’a parlé de ses relations précédentes - celles où elle n’a pas écouté son instinct et où elle en a payé le prix. Quand elle est sortie du train, je lui ai fait signe et elle a dit, à travers la fenêtre, «fais ce qui te rend heureuse.»

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à propositions@huffpost.com et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Un conseil si simple et si fort de la part de quelqu’un que je ne reverrais jamais. Ce n’était pas sorcier, mais je me suis sentie compris. Après cette conversation, j’ai mis un terme à ma relation avec lui.

En grandissant, je me souviens d’avoir été sensibilisée au danger que peuvent représenter les étrangers, et d’avoir appris à ne pas parler aux gens que je ne connaissais pas. C’est un conseil parfait pour les enfants, mais pas pour nous, les adultes. Selon les recherches, avoir une conversation avec un étranger peut vous rendre plus heureux que vous ne le pensez; et il s’avère que ces rencontres apparemment banales avec des personnes qui ont un impact mineur dans nos vies, comme le gars au parc à chiens ou le barista de notre café local, peuvent affecter notre bonheur et notre sentiment d’appartenance à l’humanité au cours d’une journée.

Ce n’est qu’au début du confinement que j’ai réalisé à quel point ces petites interactions avec des étrangers étaient importantes pour ma qualité de vie. Ça me manque d’avoir une longue conversation avec des gens au supermarché au sujet de l’augmentation du prix du paquet de quatre bananes depuis la semaine précédente. Ça me manque d’échanger des rires avec quelqu’un dans le métro pendant que je cours après ma valise à roulette qui glisse jusqu’au bout de la voiture. Ça me manque de demander à la serveuse de décider pour moi ce que je dois faire parce que je suis un Verseau indécis - et ça me manque de m’immiscer dans une conversation pour dire à quel point les applications d’horoscope visent toujours si justes, pour ensuite rigoler avec les autres et leur dire au revoir, sachant qu’on pourrait ne jamais se recroiser.

Alors pourquoi ne parlons-nous pas plus souvent avec des étrangers? Soyons honnêtes, la plupart d’entre nous avons peur de dire quelque chose de stupide, de parler trop, ou de trop en dire. Et puis il y a la crainte qu’ils puissent même nous faire taire, cette même crainte du rejet qui nous empêche d’aller vers les choses audacieuses que nous voulons dans la vie.

C’est exactement la raison pour laquelle je pense que parler à des étrangers est si important. Ça invite les gens à remettre en question notre système de croyance et tout ce que nous pensons savoir sur le monde qui nous entoure. Ça nous encourage à être la meilleure version de nous-mêmes aussi - en permettant seulement aux personnes que nous connaissons d’interagir avec nous, nous nous protégeons des critiques.

Sortir de votre zone de confort vous permet d’élargir votre univers et de vous ouvrir à de nouvelles possibilités.

Lorsque nous choisissons activement d’éviter et d’ignorer les personnes qui ne sont pas comme nous, c’est franchement beaucoup plus dommageable que tout malaise qui découlerait d’une conversation. D’après mon expérience, être mal à l’aise est une bonne chose - comment pouvons-nous grandir en tant qu’individus et profiter de ce que la vie a de mieux à offrir si nous jouons toujours la carte de la sécurité? Sortir de votre zone de confort vous permet d’élargir votre univers et de vous ouvrir à de nouvelles possibilités.

Ces temps-ci, les étrangers se sentent encore plus menacés. Parce que nous vivons une pandémie et que nous sommes censés nous tenir à deux mètres, il est difficile de commencer à parler aux étrangers. Certaines personnes peuvent aller jusqu’à traverser la rue pour éviter d’être près de vous.

En ces temps incertains, parler à des personnes que nous ne connaissons pas peut nous aider à nous sentir tous liés les uns aux autres.

C’est raisonnable dans le climat actuel, mais maintenant plus que jamais, je pense qu’il est important que nous dépassions notre réticence à engager la conversation avec des personnes que nous ne connaissons pas. Ces expériences humaines partagées nous rapprochent. Et en ces temps incertains, parler à des personnes que nous ne connaissons pas peut nous aider à nous sentir tous liés les uns aux autres. Complimenter quelqu’un, lui sourire ou engager une conversation ne changera peut-être pas complètement le cours de votre vie, mais engager une conversation peut apporter un peu de positivité au quotidien, non seulement dans leur vie, mais aussi dans la vôtre.

N’est-ce pas ça le but dans la vie? De laisser ce monde et ceux avec qui on le partage dans un meilleur état qu’on ne l’a trouvé? Alors allez-y, je vous mets au défi de discuter avec un étranger aujourd’hui et de me dire que vous ne vous sentez pas mieux ensuite.

Il vaut la peine de se rappeler que les gens vont toujours oublier ce que vous leur avez dit, mais ils n’oublieront jamais que vous les avez fait se sentir bien, et si vous voulez mon avis, si vous avez réussi cela, vous avez réellement accompli quelque chose.

Ce texte, initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni, a été traduit de l’anglais.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!