NOUVELLES
30/01/2020 14:59 EST | Actualisé 31/01/2020 07:36 EST

Coronavirus: l'OMS décrète l'urgence internationale

«Notre plus grande préoccupation est la possibilité que le virus se propage dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles.»

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré jeudi que l’épidémie du nouveau coronavirus apparu en Chine, et qui s’est étendue à plusieurs régions du monde, constitue une urgence internationale, appelant toutefois à ne pas limiter les voyages.

“Je déclare l’épidémie une urgence de santé publique de portée internationale”, a lancé le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

“Notre plus grande préoccupation est la possibilité que le virus se propage dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles (...). Il ne s’agit pas d’un vote de défiance à l’égard de la Chine”, a-t-il assuré.

Si l’essentiel des contaminations ont été détectées en Chine continentale, 18 autres pays sont touchés, avec plus de 80 cas confirmés au total, selon l’OMS.

“Bien que ces chiffres (en dehors de la Chine, ndlr) soient relativement faibles (...), nous devons agir ensemble pour limiter la propagation”, a expliqué le directeur de l’OMS.

Signal inquiétant, des transmissions interhumaines ont été enregistrées hors de Chine, en Allemagne, au Japon, au Vietnam,  aux Etats-Unis et en France.

Néanmoins, le directeur de l’OMS a souligné que l’organisation estimait qu’il n’y avait pas lieu de limiter les voyages et les échanges commerciaux avec la Chine. “L’OMS (...) s’oppose même à toute restriction aux voyages”, a-t-il insisté.

Dans un communiqué, le comité d’urgence a expliqué que ces restrictions à la circulation des personnes et des biens pendant une urgence de santé publique peuvent être “inefficaces”, perturber la distribution de l’aide et avoir des “effets négatifs” sur l’économie des pays touchés.

En ayant déclaré l’urgence internationale, l’OMS a désormais le droit d’interroger les pays sur les restrictions aux voyages qu’ils vont imposer ou ont déjà imposé, a expliqué le président du comité d’urgence, Didier Houssin, donnant en exemple “les visas refusés, la fermeture des frontières, la mise en quarantaine de voyageurs qui sont en bonnes conditions”.

La semaine dernière, l’OMS avait estimé qu’il était “trop tôt” pour décréter l’alerte mondiale, mais l’apparition de cas de transmissions interhumaines en dehors de la Chine a fait pencher la balance.

Le bilan de cette épidémie de pneumonie virale s’est alourdi à 170 morts jeudi en Chine. Le nombre de patients contaminés par ce virus de la famille du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) a grimpé à environ 7 700 en Chine continentale (hors Hong Kong), dépassant désormais largement celui (5 327) de personnes infectées par le Sras en 2002-2003.

Wuhan, métropole du centre de la Chine d’où est partie l’épidémie, est coupée du monde depuis une semaine, comme la quasi-totalité de la province environnante du Hubei.

Alors que ce cordon sanitaire imposé le 23 février interdit à quelque 56 millions d’habitants de quitter la région, les Etats-Unis et le Japon ont évacué mercredi une partie de leurs ressortissants. Un deuxième avion américain est attendu dans les prochains jours.

D’autres pays planifient des opérations, et les mesures de précaution internationales se durcissent, avec notamment la Russie qui a annoncé qu’elle fermerait vendredi ses 4.250 km de frontière avec la Chine.

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé le terme d’“urgence de santé publique de portée internationale” que pour de rares cas d’épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Quels pays sont touchés? 

Voici la liste des pays et territoires qui ont annoncé des cas confirmés de maladie due au nouveau coronavirus depuis sa propagation à partir de la ville chinoise de Wuhan, où il a fait son apparition en décembre.

En dehors de la Chine, de Macao et de Hong Kong, une centaine de cas de contamination ont été confirmés.

Chine

Plus de 7 700 personnes ont été contaminées en Chine où 170 malades sont morts, selon le dernier bilan officiel le 30 janvier.

La quasi-totalité des décès sont intervenus dans la région du Hubei, berceau de la contagion.

- Dix cas ont été enregistrés dans la région autonome de Hong Kong. Plusieurs de ces personnes ont séjourné à Wuhan.

- Sept cas ont été signalés dans la région autonome de Macao. Le premier, annoncé le 22 janvier, concerne une femme d’affaires de 52 ans arrivée trois jours plus tôt en train de la ville voisine chinoise de Zhuhai.

- Un cas a été signalé au Tibet.

Australie 

Huit cas. Les malades, dont six arrivés en provenance de Wuhan, sont hospitalisés dans un état stable.

ASIE

Cambodge

Un cas, celui d’un homme de 60 ans arrivé de Wuhan, actuellement dans un état stable.

Corée du Sud

Deux nouveaux cas déclarés jeudi, soit désormais six cas au total, dont trois Chinois venus de Wuhan. Cinq des malades sont venus de Wuhan. Un des malades déclarés jeudi a pour sa part été contaminé par l’un des porteurs de la maladie venus de Chine.

Inde

Un premier cas confirmé jeudi dans le Kerala (sud). Il s’agit d’un étudiant de l’Université de Wuhan, placé en quarantaine à l’hôpital dans un état stable.

Japon

Les autorités japonaises ont fait état jeudi de 14 cas, dont deux cas de personnes contaminées au Japon : le chauffeur et la guide d’un car de touristes originaires de Wuhan.

Malaisie

Un huitième cas a été confirmé jeudi, concernant un citoyen chinois. Il vient s’ajouter à sept cas, tous des Chinois de Wuhan venus passer des vacances en Malaisie.

Népal

Un cas, celui d’un homme âgé de 32 ans arrivant de Wuhan et qui a quitté l’hôpital guéri. 

Philippines

Un premier cas annoncé jeudi. Il s’agit d’une femme âgée de 38 ans arrivée le 21 janvier de Wuhan, hospitalisée quatre jours plus tard et qui ne présente plus de symptômes.

Singapour

Treize cas, tous concernant des personnes récemment arrivées de Wuhan.  

Sri Lanka

Un cas ―une touriste chinoise de 43 ans arrivée du Hubei.

Taïwan

Huit cas dont deux Chinoises septuagénaires participant à un voyage en groupe.

Thaïlande

Avec 14 cas, c’est le pays le plus touché après la Chine. Toutes les personnes atteintes sont des Chinois sauf une Thaïlandaise de 73 ans qui avait séjourné à Wuhan.

Vietnam

Trois cas ont été annoncés jeudi, tous concernant des Vietnamiens revenus de Wuhan, ce qui porte le total à cinq cas. Les deux premiers malades étaient deux Chinois, un homme venu de Wuhan et son fils, habitant à Ho Chi Minh-Ville, qu’il a contaminé.

AMÉRIQUES

Canada

Deux cas. Il s’agit de deux  hommes ayant voyagé à Wuhan. Les autorités ont évoqué un troisième cas “présumé”.

États-Unis

Les autorités sanitaires ont annoncé que le mari d’une femme sexagénaire ayant contracté le virus en Chine avait été contaminé par son épouse. Cela porte le nombre de cas à deux dans l’Illinois, et à six au total, dont deux en Californie, un en Arizona et un dans l’Etat de Washington. Hormis l’homme contaminé par sa femme dans l’Illinois, il s’agit de personnes récemment arrivées de Wuhan, toutes hospitalisées.  

EUROPE 

Allemagne

Quatre cas, tous des salariés d’une même entreprise en Bavière ―le sous-traitant automobile Webasto―, dont le premier cas de transmission du virus identifié en Europe. Il s’agit d’un homme âgé de 33 ans contaminé par une collègue chinoise arrivée de Chine pour suivre une formation. Les quatre salariés sont placés à l’isolement dans un hôpital de Munich.

Finlande

Un cas. Il s’agit d’un touriste chinois de Wuhan, placé à l’isolement dans un hôpital.

France

Un sixième cas d’infection a été détecté: il s’agit d’un “médecin libéral” qui a été contaminé en France par une personne ensuite rentrée en Chine, où elle a déclaré la maladie. Il s’agit du “premier cas annoncé” de contamination sur le sol français.

Cinq cas étaient déjà connus, dont trois confirmés le 24 janvier ―les premiers en Europe―, l’un à Bordeaux (sud-ouest)et les deux autres à Paris. Ces trois malades avaient récemment voyagé en Chine. Un quatrième cas a touché un touriste chinois âgé, hospitalisé à Paris dans un état grave et dont la fille a également été contaminée. 

MOYEN-ORIENT

Émirats arabes unis

Quatre cas, tous des membres d’une famille chinoise en provenance de Wuhan.

EN VIDÉO: Virus respiratoires : SRAS, MERS, H1N1, grippe saisonnière... Que disent les chiffres?