NOUVELLES
31/01/2020 08:02 EST

Coronavirus: le risque demeure «faible» au Canada

Il y a trois cas confirmés du virus au Canada — deux en Ontario et un en Colombie-Britannique.

Justin Tang/La Presse canadienne via AP
Photo d'archives de la Dre Theresa Tam.

OTTAWA — L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, confirme que le risque de contracter le coronavirus demeure «faible» au pays et met en garde les Canadiens contre la désinformation.

Les hauts responsables de la santé publique au Canada ont tenu une séance d’information pour les médias, jeudi en fin de journée, quelques heures après que l’état d’urgence eut été décrété par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En bref, la situation actuelle «ne change rien pour le Canada», ont-ils dit.

Avant même l’annonce de l’OMS, «le Canada avait mis en place de multiples systèmes de prévention et de contrôle des maladies infectieuses partout au pays pour détecter, contenir et prévenir la propagation de ce nouveau virus», a expliqué Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique.

Les voyageurs internationaux qui ont présenté des symptômes du virus après leur retour au Canada ont eux-mêmes alerté les autorités nécessaires et se sont soumis à des tests.

Il y a trois cas confirmés du virus au Canada — deux en Ontario et un en Colombie-Britannique — et ils sont tous liés à de récents voyages en Chine. Ces individus ont été isolés chez eux ou dans des établissements de santé avec les mesures de prévention appropriées. Ils sont dans un état stable, a confirmé Dre Tam.

Il reste encore d’autres cas à examiner. Le Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, a examiné les cas d’une centaine d’individus et de ceux-là, 58 ont eu des résultats négatifs, a confirmé Dre Tam.

Mme Tam a aussi lancé un appel au calme, alors que de nombreux individus d’origine chinoise et asiatique sont victimes de racisme et de discrimination dans l’espace public.

«Il est compréhensible d’avoir peur en ces temps d’incertitude. Mais quand cette peur mène à des stéréotypes stigmatisants et de la désinformation, elle ne peut que causer du tort», a dénoncé Dre Tam.

À VOIR: l’OMS surveille de près le nouveau coronavirus chinois


Elle a rappelé que la meilleure façon de prévenir toute propagation du virus est de maintenir une bonne hygiène: se laver les mains fréquemment, éviter de se toucher le visage, la bouche ou les yeux, tousser dans le creux du coude, éviter de fréquenter des personnes malades et rester chez soi quand on est malade.

Elle recommande aussi de s’informer auprès de sources crédibles pour en savoir plus sur le coronavirus.

196 Canadiens en Chine

Le gouvernement fédéral a confirmé jeudi qu’il y a maintenant 196 Canadiens qui veulent prendre l’avion pour être rapatriés de Chine, mais la date de leur retour au pays reste encore inconnue.

La ministre fédérale de la Santé, Patricia Hajdu, a déclaré qu’il n’y a aucune indication, pour le moment, que ces Canadiens présentent des symptômes du coronavirus.

Le Canada a déjà sécurisé un appareil d’une compagnie privée pour rapatrier les Canadiens en Chine, mais attend toujours le feu vert des autorités chinoises. Mme Hajdu dit que les négociations sont toujours en cours pour déterminer où et comment l’avion pourra atterrir.

Elle a ajouté qu’elle est bien consciente que certains Canadiens qui sont dans la région de Wuhan, à l’épicentre du coronavirus, peuvent vivre des situations difficiles en raison de la quarantaine imposée par la Chine.

«Certaines personnes ne veulent pas quitter, mais ont besoin d’autre soutien ou de services. Nous allons travailler au cas par cas avec le gouvernement chinois et les Canadiens qui sont dans la région pour les aider de la meilleure façon possible», a-t-elle assuré.

Il n’a pas été possible de savoir si les Canadiens en Chine seront placés en quarantaine à leur retour au pays.