POLITIQUE
20/03/2020 13:44 EDT | Actualisé 20/03/2020 16:23 EDT

COVID-19: La réouverture des écoles... probablement pas avant mai

«On est en train de regarder si on peut essayer de viser le début du mois de mai», a répondu François Legault.

Jacques Boissinot/PC

À l’occasion de son bilan quotidien sur la situation de la COVID-19, François Legault a avancé que les écoles primaires et secondaires de la province pourraient possiblement rouvrir leurs portes dès le mois de mai.

“On regarde différents scénarios. C’est peu probable qu’il y ait un retour fin mars. On est en train de regarder si on peut essayer de viser le début du mois de mai”, a affirmé M. Legault, en promettant plus de détails dans les prochains jours.

À son avis, les cégeps et les universités réussiront à offrir des cours à distance à leurs étudiants pour qu’ils terminent leur année scolaire.

En revanche, il serait “très difficile” d’enseigner en ligne à des enfants plus jeunes, notamment à tous ceux qui ont des problèmes d’apprentissage, a-t-il dit.

Par ailleurs, les personnes qui doivent rembourser une dette d’études auront automatiquement un répit de six mois, a annoncé vendredi le ministre des Finances, Eric Girard.

Au cours de cette période exceptionnelle de six mois, aucun versement ne sera à effectuer et aucun intérêt ne sera cumulé ou ajouté à la dette d’études, a-t-il indiqué.

Des projets devancés

Le premier ministre a aussi annoncé vendredi que des projets d’infrastructure seront devancés dans le secteur public.

Il a fait état de mises à pied dans le secteur de la construction, et affirmé que des projets dans le secteur public pourraient venir amoindrir l’impact de la COVID-19 dans le privé.

“C’est une partie critique de l’économie du Québec qui va pouvoir continuer de fonctionner si on prend les bonnes mesures”, a-t-il déclaré en conférence de presse.

M. Legault a fait valoir qu’il y a bon nombre de projets importants en santé, en éducation et dans les transports “qui, de toute façon, vont devoir être faits”.

Il a affirmé que le gouvernement allait annoncer dans les prochains jours les projets d’infrastructure qui seront devancés.

On veut (...) remplacer les projets de construction annulés dans le secteur privé par des projets qui viennent du secteur public.François Legault

Le premier ministre demeure convaincu que le secteur de la construction _ qui représente 260 000 emplois au Québec _ peut continuer de fonctionner “avec les précautions nécessaires”.

Il s’est adressé directement aux employeurs “propriétaires de compagnies de construction” et leur a demandé de déployer tous les efforts nécessaires afin de protéger les travailleurs.

Concrètement, a-t-il dit, il s’agit de leur donner accès à un endroit avec de l’eau et du savon pour qu’ils puissent se laver les mains régulièrement.

Il faut aussi augmenter le nombre de roulottes sur les chantiers, afin que les travailleurs qui prennent leurs repas puissent respecter les consignes de santé publique concernant la distance entre les personnes.

Mais, attention: “Si un travailleur de la construction est malade, bien il reste chez lui, point final”, a insisté M. Legault, d’un ton catégorique.

139 cas confirmés

Dans le cadre de la conférence de presse quotidienne à Québec, M. Legault a aussi mis à jour le bilan de la COVID-19.

Ainsi, il y a désormais 139 cas confirmés de COVID-19 au Québec en ce vendredi, soit 18 de plus que la veille.

Deux médecins de l’hôpital de Granby, un urgentologue et une interniste, ont contracté la maladie, a pu confirmer La Presse canadienne.

Du total, 10 malades ont dû être hospitalisés, dont six aux soins intensifs, tandis que 2400 personnes attendent toujours les résultats de leur test de dépistage.

Québec ne rapporte toujours qu’un seul décès.

Le premier ministre a fait état de 7700 résultats négatifs, et assuré que le nombre de tests augmentait rapidement.

“On a libéré 4000 lits en reportant des chirurgies électives”, a aussi indiqué M. Legault, en réaffirmant que le réseau avait tout l’équipement nécessaire (masques, gants, respirateurs et autres) pour répondre aux besoins. 

Bernard Derome et Dominique Michel

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, a rappelé qu’il fallait rester le plus possible chez soi, et qu’il s’agissait de la meilleure manière de ralentir la propagation.

Tout déplacement d’une région à l’autre est désormais proscrit, dans le but d’éviter une possible propagation de la COVID-19 aux quatre coins du Québec.

Après avoir fait appel à de jeunes influenceurs pour relayer les consignes, des vétérans comme Dominique Michel et Bernard Derome sont mis à contribution.

M. Legault a indiqué qu’à compter de vendredi à 18h, le journaliste et lecteur de nouvelles et la grande dame de la télévision enregistreront “des appels qui vont être envoyés à des gens de 70 ans et plus”.

L’objectif est de “répéter les consignes et de trouver une façon de rassurer autant que possible la population”.