NOUVELLES
23/07/2019 08:26 EDT

La Corée du Sud tire des coups de semonce vers un avion de chasse russe

Les autorités sud-coréennes ont indiqué qu’il s’agissait de la première intrusion d’un avion militaire russe dans son espace aérien.

AP Photo/Ahn Young-joon
Sur cette photo d'archives datant de 2005, un garde-côtier sud-coréen regarde à travers ses jumelles les îles Dokdo, situées dans la mer de l’Est, en Corée du Sud.

SÉOUL, Corée du Sud — La Corée du Sud a annoncé avoir tiré des coups de semonce afin de repousser un avion de chasse russe ayant pénétré au-dessus de son territoire, mardi, dans le premier incident du genre entre les deux États.

Trois avions militaires russes auraient violé la zone d’identification de la défense aérienne sud-coréenne au large de sa côte est et l’un des appareils aurait poursuivi sa route jusqu’à survoler son territoire souverain, a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense.

La Corée du Sud a alors rapidement déployé ses propres chasseurs qui ont tiré des coups de semonce afin d’éloigner les appareils étrangers, a révélé un responsable du ministère ayant requis l’anonymat.

L’avion russe aurait quitté la zone, mais serait revenu plus tard mardi, violant une deuxième fois l’espace aérien de la Corée du Sud, a précisé le responsable du ministère de la Défense. Une fois de plus, les chasseurs sud-coréens ont tiré des coups de semonce. L’appareil russe n’aurait pas répliqué aux tirs lors des deux incidents, selon le responsable.

Les autorités sud-coréennes ont indiqué qu’il s’agissait de la première intrusion d’un avion militaire russe dans son espace aérien.

 

La zone violée par l’armée russe se trouve au-dessus d’un archipel d’îles, contrôlé par la Corée du Sud et situé environ à mi-chemin entre la Corée et le Japon. Ce territoire fait l’objet d’un désaccord entre les deux États, mais la Russie n’est pas partie prenante du conflit.

Les trois appareils russes ont fait irruption dans la zone d’identification de la défense aérienne sud-coréenne en compagnie de deux avions de chasse chinois, mais il n’est pas clair si les deux États ont agi ensemble délibérément, ont reconnu les autorités coréennes.

Avant de se joindre aux chasseurs russes, les avions chinois avaient également pénétré la zone d’identification de la défense sud-coréenne, mais du côté ouest, plus tôt mardi. Des appareils militaires chinois ont franchi occasionnellement l’espace aérien de la Corée du Sud au cours des dernières années.

Le ministère de la Défense de la Corée du Sud a prévu de convoquer les ambassadeurs de Russie et de Chine, plus tard mardi, afin de formuler des plaintes formelles auprès des deux États.