NOUVELLES
15/06/2020 13:17 EDT | Actualisé 15/06/2020 13:25 EDT

Contestation de la loi 21: une demande d'intervention pour et une contre

La loi 21 a été adoptée il y a un an.

Graham Hughes/La Presse canadienne

MONTRÉAL — Un groupe de défense des droits a annoncé lundi sa volonté d’intervenir en faveur de la Loi sur la laïcité de l’État, alors qu’un syndicat pancanadien a fait savoir qu’il a demandé le statut d’intervenant contre cette même loi.

Ainsi, l’Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente principalement des fonctionnaires fédéraux au pays, notamment au Québec, a fait savoir qu’elle avait déposé une demande d’intervention dans la contestation judiciaire de la loi 21.

L’Alliance dit estimer que la Loi sur la laïcité de l’État «porte atteinte aux droits de la personne des membres de l’AFPC et des fonctionnaires québécois».

«Toute loi qui empêche les gens de porter leurs vêtements ou signes religieux (p. ex., hijab, kippa, turban, crucifix) est inconstitutionnelle et discriminatoire sur le plan de la religion, de la race et du sexe. C’est sans compter l’effet disproportionné qu’a l’interdiction sur les musulmanes et le dangereux précédent qui permet au gouvernement de dicter la tenue vestimentaire des femmes», a fait savoir l’AFPC.

Fait à noter: au Québec, l’AFPC est affiliée à la FTQ. Or, la FTQ — la plus importante centrale syndicale au Québec — n’a pas pris position sur la Loi sur la laïcité de l’État.

Pour la loi 21

À l’opposé, le groupe Libres penseurs athées a fait connaître son intention de faire une intervention devant le tribunal en faveur de cette même loi.

Le groupe y voit «une législation phare, une avancée historique pour la laïcité», qui «place le Québec à l’avant-garde de la lutte pour la laïcité dans le monde».

Libres penseurs athées se décrit comme une association qui prône la laïcité et la défense des droits des athées.

«Nous nous devons de faire tout ce que nous pouvons pour assurer que cette loi ne soit ni abrogée ni affaiblie par les adversaires des libertés fondamentales et de la laïcité, car elle aide à protéger la liberté de conscience de tous et de toutes. En tant qu’athées, nous saluons la volonté, exprimée par le biais de la loi 21, de mettre fin à certains privilèges religieux qui constituent de la discrimination contre les athées et contre les autres incroyants» a affirmé David Rand, président de Libres penseurs athées.

À VOIR: la population appuie fortement les manifestants antiracisme