NOUVELLES
27/01/2020 15:19 EST

La conseillère spirituelle de Trump ordonne aux «grossesses sataniques de faire une fausse couche»

Plusieurs répondent avec virulence, sur Twitter, au sermon de la télévangéliste Paula White.

Les critiques ont continué à fuser dimanche après la publication d’une vidéo de la conseillère spirituelle controversée de Donald Trump, Paula White, prêchant que toutes les «grossesses sataniques» devaient faire une fausse couche.

«Au nom de Jésus, nous ordonnons à toutes les grossesses sataniques de faire une fausse couche en ce moment», a déclaré White, une évangéliste de Floride, dans une vidéo du sermon du 5 janvier, publiée vendredi sur Twitter par Right Wing Watch. Elle a déclaré que «des vents étranges... envoyés pour blesser l’Église... envoyés contre notre président, envoyés contre moi-même... nous le brisons en ce moment par le sang supérieur de Jésus.»

Après le tumulte qui a suivi la publication de cette vidéo, White a assuré dimanche dans un tweet qu’elle parlait métaphoriquement, et priait pour que les plans diaboliques — ou sataniques — soient anéantis, pas pour de vraies fausses couches.

Mais pour ceux qui comprennent l’anglais, l’apparente incitation de White à faire des fausses couches semblait être un genre de «sortilège» surprenant de la part d’une personne qui prétend être anti-avortement. Depuis novembre, White est conseillère spéciale de la «White House Faith and Opportunity Initiative».

Certains ont noté sur Twitter que les évangélistes appellent tous les bébés des «cadeaux de Dieu». D’autres se sont demandé si White soutiendrait l’avortement d’une «grossesse satanique».

On ne sait pas non plus ce qui constitue vraiment une «grossesse satanique». Les parents doivent-ils être membres d’une église satanique? Ou simplement démocrates? Certains se sont posé la question. Dans le passé, White a qualifié les «ennemis» de Trump de personnes «alignées avec le mal».

L’Église de Satan («Church of Satan»), qui prône régulièrement la liberté religieuse, a tweeté à White que demander à son «ami imaginaire» de mettre fin à la grossesse d’une autre personne contre son gré est «assez tordu».

La Maison-Blanche n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Trump a assisté à la Marche anti-avortement pour la vie à Washington le même jour que la vidéo du sermon de White a été publiée.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Donald Trump défile contre l’avortement