DIVERTISSEMENT
12/06/2019 10:29 EDT

Trois organisations autochtones partenaires de Netflix

Un total de 14 ententes avec les communautés sous-représentées telles que les Autochtones, les femmes et les francophones ont été conclues.

Future Publishing via Getty Images

Netflix a conclu de nouveaux partenariats avec trois organisations culturelles autochtones du Canada afin de favoriser et de développer des talents à l’écran.

Les ententes avec Wapikoni Mobile, imagineNATIVE et le Bureau des productions audiovisuelles autochtones ont été annoncées mardi soir au Festival international des médias de Banff.

L’initiative fait partie de l’engagement pris par Netflix en 2017 d’investir 25 millions de dollars sur une période de cinq ans pour soutenir la prochaine génération de créateurs canadiens.

Avec ces nouvelles ententes, le service de vidéo sur demande a conclu un total de 14 partenariats dans le cadre de cet engagement, qui se concentre sur les communautés sous-représentées, dont les Autochtones, les femmes et les francophones.

Notre service et notre contenu sont meilleurs et plus forts quand ils reflètent la diversité de nos membresStéphane Cardin, directeur des politiques publiques chez Netflix

En entrevue téléphonique, le directeur des politiques publiques chez Netflix, Stéphane Cardin, n’a pas voulu dévoiler les détails financiers des ententes. Il a précisé que l’entreprise travaille avec chacun des partenaires pour s’assurer que le montant du financement qu’ils reçoivent est suffisant pour qu’ils puissent atteindre leurs objectifs.

Dans un communiqué, le directeur général d’imagineNATIVE, Jason Ryle, a affirmé que cette entente avec Netflix «constitue l’un des plus importants parrainages de l’histoire de imagineNATIVE».

Selon M. Cardin, bien que Netflix voudra être informé des projets liés au partenariat, l’entreprise n’a pas ajouté dans les contrats une clause de «droit de premier refus», ce qui lui donnerait l’exclusivité sur les productions.

Les partenariats avec les organisations autochtones se complètent et soutiendront les créateurs autochtones du Canada, a-t-il ajouté.

«Pour nous, cela témoigne véritablement de deux choses. Premièrement, nous avons une vision et un engagement à long terme envers le Canada et nous reconnaissons la force de sa communauté créative. Nous voulons aider à promouvoir certains talents émergents», a-t-il soutenu.

«Et deuxièmement, nous croyons que non seulement notre entreprise et notre personnel, mais également notre service et notre contenu, sont meilleurs et plus forts quand ils reflètent la diversité de nos membres, et je pense que cela se reflète dans tous les partenariats que nous avons signés.»

Soutien des communautés autochtones

L’entente avec l’organisation montréalaise Wapikoni Mobile — qui fait le tour des communautés autochtones du Canada pour offrir des outils de tournage à la jeunesse — prévoit que du mentorat et de l’accompagnement professionnel seront fournis.

Le partenariat avec imagineNATIVE — une organisation qui possède son propre institut et organise un festival annuel du film à Toronto — comportera six activités distinctes destinées aux scénaristes, réalisateurs et producteurs autochtones.

Ces activités comprendront des laboratoires de producteurs et de réalisateurs autochtones.

Quant à l’entente avec le Bureau des productions audiovisuelles autochtones, elle permettra une «deuxième phase de soutien» aux projets autochtones, notamment des stages en matière de création et du mentorat culturel pour les réalisateurs, producteurs, scénaristes et scénaristes.

Les artistes qui souhaiteraient participer à ces initiatives devront s’adresser aux organisations concernées, affirme M. Cardin.

«Notre rôle dans ce domaine est de faciliter et de veiller à ce que les choses soient aussi complémentaires que possible, mais nos partenaires sont très autonomes et ce sont eux qui sont aux commandes», a-t-il souligné.

La diversité à l’écran

Dimanche, Netflix a annoncé la conclusion d’un partenariat avec l’Alliance des producteurs francophones du Canada, Téléfilm Canada et le Fonds des médias du Canada pour aider les producteurs et scénaristes francophones en situation minoritaire au Canada.

D’autres organisations ont signé des ententes avec Netflix depuis 2017, dont les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), Québec cinéma, le Centre canadien du film et Inside Out.

Ce fonds est spécifique au Canada et fait partie de l’engagement pris par Netflix en 2017 d’investir 500 millions de dollars dans les productions canadiennes sur cinq ans — un chiffre que l’entreprise prévoit dépasser.

«Pour nous, cela reflète le fait que, dans notre culture chez Netflix, la diversité et l’inclusion sont la clé de notre succès», a soutenu M. Cardin.

À voir aussi: