OPINION
25/09/2019 11:57 EDT | Actualisé 26/09/2019 10:06 EDT

Combat pour l'environnement: deux solitudes irréconciliables?

Entre «apôtres de la religion verte» et «climato-sceptiques», le combat de boxe fait rage.

Vadim Ghirda/ASSOCIATED PRESS
Une jeune fille présente une affiche lors d'une manifestation contre les changements climatiques à Bucarest, en Roumanie, le 20 septembre dernier.

C’est un affrontement qui se dessine depuis longtemps. Un combat de boxe qui oppose deux visions du monde. Chaque boxeur a développé sa perception de son adversaire. Une perception de l’autre qui est maintenant bien arrêtée, souvent alimentée par les clichés, parfois même vindicative.

Que disent ces boxeurs l’un de l’autre? Tentons d’abord cette expérience de trash talk totalement subjective. 

Dans le coin vert

Aux yeux de son adversaire, ce boxeur est un apôtre de la religion verte déconnecté de la réalité quotidienne vécue par les citoyens. Le diagnostic est sans équivoque: il souffre d’éco-anxiété.

Toujours prêt à augmenter les taxes et les impôts pour financer sa lutte, il est prêt à sacrifier la qualité de vie actuelle pour répondre à une urgence climatique basée sur la pseudo-science. Son ton méprisant envers ceux qui ne pensent pas comme lui nous donne l’impression qu’il est un donneur de leçons. Il est inflexible et borné. Arrêtons de l’écouter!

Dans le coin noir

Ce boxeur climato-sceptique ne pense qu’à lui et à son confort, dénoncera son opposant. Malgré les évidences scientifiques, qui guident parfois ses décisions quotidiennes dans d’autres domaines, il rejette l’idée que le réchauffement climatique existe.

Bien sûr, il a lu une liste des conséquences vécues et/ou appréhendées si rien n’est fait pour renverser la tendance. Les mots sécurité alimentaire, déplacement des populations, baisse des ressources d’eau potable dans certaines régions, fonte du pergélisol, érosion des berges, biodiversité, santé des individus ou événements météorologiques n’ont cependant pas été suffisants. Il est resté de glace.

Pour lui, les efforts demandés sont inutiles, car il n’y a pas de problèmes. Tout va très bien, Madame la Marquise!

L’ennemi, c’est nous

Que vous soyez d’une tendance ou d’une autre, convenons ensemble que ce dialogue semble souvent irréconciliable. Le moment ne serait-il pas venu d’amorcer un véritable dialogue entre les deux camps afin d’identifier les points de convergence?

Pour certains, avec raison, le temps n’est plus à la discussion mais à l’action. Je suis d’accord! Cependant, est-ce que les propos tenus de part et d’autre contribuent à nous unir ou à nous diviser? Peut-on marcher et mâcher de la gomme en même temps?

Parce que pendant que nos yeux sont rivés sur ce match de boxe, le réchauffement de la planète lui, se poursuit.

Soyons à l’écoute de la mobilisation pour nourrir notre réflexion individuelle

À celles et ceux qui accordent une importance moindre à la lutte contre les changements climatiques, je respecte votre opinion. Je vous demande simplement d’observer attentivement, ce vendredi, ce qui se passera un peu partout dans le monde.

Vous trouverez sûrement que certains discours seront radicaux et vous aurez peut-être raison. Mais au-delà des discours, tentez de comprendre, sans jugement ou idées préconçues, ce que vos concitoyens tentent de communiquer. Si vous trouvez que le message est trop pessimiste, ça ne veut pas dire que les constats ne sont pas valables.

Et à celles et ceux pour qui la lutte contre les changements climatiques est l’un des plus grand danger de notre époque, je vous propose de réfléchir aux raisons profondes qui expliquent qu’une partie de la population n’adhère pas encore pleinement à la cause.

Ce vendredi, donnons-nous une chance de s’écouter pour mieux se comprendre.

La section Perspectives propose des textes personnels qui reflètent l’opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.

À VOIR AUSSI: Les accusations de Greta Thunberg