NOUVELLES
01/10/2020 07:59 EDT

Clare Bronfman, une héritière de Seagram, est condamnée à 81 mois de prison

Dans le cadre d’un accord de plaidoyer, Bronfman a accepté de verser 6 millions $.

TIMOTHY A. CLARY via Getty Images
Clare Bronfman avait plaidé coupable l'année dernière.

NEW YORK — Clare Bronfman, riche bienfaitrice de Keith Raniere, dirigeant déchu d’un groupe de croissance personnelle dans l’État de New York qui a été reconnu coupable d’avoir transformé des femmes en esclaves sexuelles, a été condamnée mercredi à près de sept ans de prison dans une affaire de complot pour fraude aux États-Unis.

La fille cadette d’Edgar Bronfman père, fondateur de l’empire canadien Seagram, a été arrêtée immédiatement après sa comparution devant le tribunal fédéral de Brooklyn, mercredi, pour purger sa peine de 81 mois de prison.

Dans le cadre d’un accord de plaidoyer, Bronfman a accepté de verser 6 millions $ d’une fortune personnelle que les procureurs ont évaluée à 200 millions $. La poursuite demande également une amende de 500 000 $.

Bronfman, âgée de 41 ans, a admis, dans son plaidoyer de culpabilité l’année dernière, qu’elle hébergeait une personne qui vivait illégalement aux États-Unis pour «du travail et des services» non rémunérés. Elle a aussi admis qu’elle avait commis une fraude par carte de crédit au nom de Raniere, chef du groupe «NXIVM» (prononcé «Nexium»).

Dans une lettre adressée au tribunal le mois dernier, Bronfman a écrit qu’elle «n’avait jamais eu l’intention de blesser personne». Pourtant, elle soutient qu’elle ne peut pas désavouer Raniere, parce que «NXIVM et Keith ont grandement changé en mieux ma vie».

Au procès devant jurés, les procureurs ont plaidé que l’organisation de Raniere, âgé de 60 ans, fonctionnait comme une secte. Pour l’honorer, le groupe avait formé une sororité secrète composée de femmes «esclaves», soumises au lavage de cerveau, marquées de ses initiales et forcées à avoir des relations sexuelles avec lui, ont déclaré les procureurs.

Les avocats de Bronfman ont demandé la clémence du tribunal parce qu’elle n’était pas directement impliquée dans les allégations les plus inquiétantes et qu’elle souffrait d’un problème de santé qui pourrait l’exposer à un risque accru d’infection à la COVID-19 si elle était incarcérée. Mais dans les documents judiciaires, la poursuite a fait valoir qu’elle méritait une peine sévère, car «il ne fait aucun doute que sans des alliés puissants comme Bronfman, Raniere n’aurait pas pu commettre les crimes pour lesquels il a été condamné».

La riche héritière des Bronfman, qui est la cousine du Montréalais Stephen Bronfman, était depuis longtemps liée à «NXIVM», donnant au groupe des dizaines de millions de dollars pour financer Raniere et son programme intensif de cours de croissance personnelle. Elle a également payé des avocats pour défendre le groupe dans un procès intenté par ses détracteurs.

Les enseignements de Raniere ont aussi attiré des actrices hollywoodiennes comme Allison Mack, de la série télévisée «Smallville». Mack a aussi plaidé coupable et elle attend sa peine.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!