POLITIQUE
14/12/2019 13:44 EST

Cinq éléments intéressants dans les lettres de mandat de Trudeau à ses ministres

Bien que plusieurs instructions proviennent directement de la plateforme du PLC, certains éléments nouveaux et d’autres consignes plus détaillées ont été dévoilés pour la première fois.

Chris J Ratcliffe via Getty Images
Justin Trudeau (photo d'archives)

Le premier ministre Justin Trudeau a transmis ses lettres de mandat à ses ministres, vendredi. Bien que de nombreuses instructions proviennent directement de la plateforme électorale du Parti libéral, certains éléments nouveaux et d’autres consignes plus détaillées ont été dévoilés pour la première fois.

Voici cinq éléments intéressants à retenir des lettres de mandat aux ministres:

Téléphonie cellulaire

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, a reçu comme tâche d’utiliser tous les moyens à sa disposition afin de réduire les factures de téléphonie cellulaire de 25 pour cent au Canada d’ici deux ans. En plus de devoir collaborer avec les fournisseurs de service pour accomplir sa mission, M. Bains doit, en parallèle, favoriser la multiplication des fournisseurs indépendants qui revendent des forfaits achetés en gros afin de stimuler la compétition. Au terme des deux ans accordés au ministre, Ottawa pourrait accorder de nouveaux pouvoirs de tarification au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Dans un dossier connexe, la ministre du Travail Filomena Tassi a pour mandat d’adopter un règlement accordant le «droit à la déconnexion» aux travailleurs soumis au Code du travail fédéral afin de leur permettre d’éteindre leurs appareils électroniques sans crainte de réprimande lorsqu’ils quittent le travail.

Ultimatum sur les infrastructures

La ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, a reçu comme instruction d’imposer une date butoir aux provinces et territoires pour remettre toutes leurs demandes de projets de construction. Chaque province et territoire doit déposer sa liste d’ici deux ans pour espérer que leurs projets soient évalués en vue d’obtenir une contribution financière du fédéral. La lettre précise que «les fonds non affectés à des projets précis d’ici la fin de 2021 seront réinvestis directement dans les communautés par le biais d’un supplément au Fonds de la taxe sur l’essence fédéral».

Modifier le «test de résistance»

Le ministre des Finances Bill Morneau compte dans sa liste de tâches un élément qui s’inspire d’une promesse des conservateurs mise de l’avant lors de la récente campagne électorale — modifier le test de résistance auquel doit être soumis un acheteur au moment de signer une hypothèque afin de mesurer s’il aura toujours la capacité de payer en cas de hausse des taux d’intérêt.

Les conservateurs avaient promis de simplifier le test pour les premiers acheteurs et d’éliminer le test lors des renouvellements hypothécaires. Certains groupes et des économistes ont demandé à ce que la simulation soit assouplie, alors que la Société canadienne d’hypothèques et de logement soutient que la simulation a entraîné une baisse des coûts et a permis d’assurer que les Canadiens n’empruntent pas plus que ce qu’ils ont les moyens de rembourser.

Chine

La ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau a pour instruction de «tirer des leçons des récents différends commerciaux» pour améliorer la capacité du gouvernement à «réagir aux mesures de protection des exportations contre l’agriculture canadienne, comme ce fut le cas récemment pour les producteurs de canola, de boeuf et de porc». L’objectif est de «fournir un soutien plus rapide et mieux adapté» lorsque nécessaire. La Chine a bloqué l’accès à son marché à ces produits agricoles canadiens alors que les relations se sont détériorées entre les deux États.

Dans un même ordre d’idées, la ministre du Commerce international, Mary Ng, a pour mandat d’accroître les relations commerciales dans les marchés où il n’y a pas d’accord existant, «en portant une attention particulière à la région de l’Asie-Pacifique», qui comprend la Chine. La lettre de mandat du ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne, quant à elle, ne mentionne pas spécifiquement la Chine.

Sécurité à l’étranger et robots tueurs

Ce que la lettre de mandat du ministre Champagne comprend toutefois est «d’interdire le développement et l’utilisation de systèmes d’armes entièrement autonomes». Le concept que des machines misant sur l’intelligence artificielle pour cibler et tuer sans une supervision humaine a sonné l’alarme à l’échelle mondiale et sur la Colline du Parlement. La lettre de M. Champagne ne précise pas comment il doit mettre fin à la création de systèmes de type Terminator, mais simplement qu’il doit travailler avec d’autres pays pour y arriver.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, est pour sa part invité à aider la GRC à embaucher et à former 100 nouveaux agents «spécialisés dans le trafic de stupéfiants» et d’autres priorités de sécurité mondiale, afin qu’ils puissent mieux épauler les ambassades canadiennes à l’étranger.

À VOIR AUSSI: François Legault rencontre Justin Trudeau