BIEN-ÊTRE
14/08/2019 14:03 EDT

Des chercheurs font une percée pour développer un vaccin contre les allergies aux chats

Ça pourrait faire plaisir à plusieurs amoureux des chats qui ne peuvent en avoir en raison de leurs allergies.

Chris Zhu via Getty Images
Le vaccin diminuerait la protéine Fel-d1 sécrétée par les chats et à laquelle les humains seraient très souvent allergiques.

Asthme, éternuements, démangeaisons, yeux irrités... Ces symptômes sont ceux que de nombreuses personnes ressentent lorsqu’un chat rôde autour d’eux. Mais cela pourrait s’arrêter. 

Ce jeudi 8 août, The Journal of Allergy and Clinical Immulogy a partagé sur Twitter un article mettant en avant un vaccin capable de stopper ces allergies aux chats.

Cette découverte faite par des chercheurs de l’université de Zurich se traduit par un vaccin qui diminue la protéine Fel-d-1, une protéine sécrétée par le chat dans sa salive et ses larmes. Elle se répand sur le pelage de l’animal quand il se lèche et par la suite tombe avec les poils et entre ainsi en contact avec son entourage.

Or, cette protéine serait le problème, car selon les chercheurs, 85% des gens allergiques aux chats y seraient allergiques.

Les scientifiques ont donc pensé à supprimer cet allergène directement de l’animal en lui injectant un vaccin baptisé HypoCat produisant des anticorps contre la protéine Fel-d1 afin de la neutraliser.

Le test a été fait sur 54 chats qui, selon les chercheurs suisses, ont réagi positivement et sans conséquence sur leur bien-être. 

Le directeur général de HypoPet, Dr Gary Jennings, a déclaré sur le site de sa compagnie que la mise en vente du vaccin était en “discussion avec les régulateurs américains et européens dans l’espoir d’obtenir ce produit très nécessaire sur le marché”.

D’autre part, le docteur a fait allusion à un autre problème causé par ces allergies et que le vaccin pourrait aussi diminuer: celui de l’abandon.

“Ce vaccin va permettre à des chats de rester au sein d’un foyer et ne pas être abandonnés dans des refuges pour animaux à cause d’une allergie”, a-t-il commenté.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À voir: aux États-Unis, les animaux de compagnie font la belle vie