Vivre

Votre barbecue est-il devenu dangereux?

Il faudrait peut-être vous en débarrasser.

Changer son barbecue, ce n’est parfois pas un luxe. N’attendez pas de craindre qu’il vous explose au visage chaque fois que vous l’allumez pour vous en débarrasser. Voici les signes qu’il est temps de fermer le couvercle de votre vieux grill pour de bon.

La rouille

Le problème le plus récurrent dans le barbecue et auquel il faut remédier est l’apparition de rouille. Si certaines pièces de l’intérieur sont oxydées, il faudra les changer, les surveiller, voire se débarrasser du barbecue en entier.

La grille et le diffuseur de chaleur (la plaque sous la grille) ne devraient jamais avoir de rouille. La nourriture en contact avec ces derniers risquerait sinon d’être contaminée par des particules métalliques. Le jus de cuisson peut rebondir sur le diffuseur rouillé et revenir sur la viande. «Tu ne mettrais pas ton oeuf dans une poêle rouillée, c’est la même chose avec le barbecue. Mets pas ton steak sur une grille rouillée», image le président de BBQ Québec, Maxime Lavoie.

Selon la qualité et l’âge de votre barbecue, de la rouille de surface peut aussi apparaître dans la cuve, le couvercle et sur les brûleurs. Tant qu’elle est contrôlée, ce n’est pas dangereux. Si le métal s’écaille, on s’en défait.

Dès que de l’oxydation de surface se manifeste, il faut cependant s’empresser de frotter la zone atteinte avec la brosse à barbecue, puis dans certains cas repolir la surface. Ça évite que la rouille s’étende ou que des particules atteignent nos aliments. «L’oxydation a aussi tendance à s’accélérer quand la rouille est chauffée par le barbecue», indique Maxime Lavoie.

Brûleur fendu

Constamment soumis à une haute température, souvent atteints par la rouille, les brûleurs peuvent craquer. Ils peuvent aussi se détacher notamment à cause d’une vis de soutien rouillée. Il devient alors essentiel d’arrêter de s’en servir.

«Un mauvais débit d’air et de gaz peut créer des flammes démesurées qui peuvent être dangereuses et ne donnera jamais une bonne cuisson», témoigne le pro de BBQ Québec.

Fond percé

Si la rouille s’est attaquée à la coque du barbecue et a créé une ou des fissures, il faut dire au revoir à notre bon vieux grill. L’huile et le gras de cuisson peuvent s’échapper et prendre feu. C’est d’autant plus dangereux si les flammes atteignent la bonbonne de propane.

Le fond de certains barbecues peut aussi menacer de défoncer. S’il est instable en raison de son assemblage bas de gamme, on s’en débarrasse. Même chose s’il est pourri en raison d’un entreposage prolongé.

Allumage et entretien compliqués

«On devrait se défaire de son barbecue quand on a plus de plaisir avec», dit Benjamin Alarie, chef corporatif chez Weber Canada. Si vous avez du mal à l’allumer, à maintenir une chaleur constante et à nettoyer l’intérieur, il est temps de passer au prochain, pense-t-il. Ça indique que l’enduit de protection est trop usé pour permettre un nettoyage satisfaisant.

Pire, ça peut aussi signifier que les conduits reliant le propane au barbecue et aux boutons d’allumage sont percés. «L’usure ou encore un écureuil peuvent les endommager, explique Maxime Lavoie. Pour vérifier que les tuyaux sont étanches, on verse de l’eau savonneuse dessus. Si une bulle se forme, c’est que le gaz s’échappe et c’est dangereux.»

Instabilité

Si le barbecue a de la difficulté à se tenir debout, on n’attend pas qu’il nous tombe dessus et on l’envoie à l’Écocentre le plus près. «Un barbecue de qualité devrait se tenir droit, être capable de se faire brasser en masse sans bouger, surtout au moment du nettoyage», affirme Benjamin Alarie.

Comment prolonger sa durée de vie?

Aucun barbecue a la même date de péremption. Certains achetés à bas prix peuvent rouiller dès la deuxième ou troisième année tandis que d’autres peuvent être fonctionnels plus de 25 ans.

La clé pour qu’il vieillisse en beauté est le nettoyage fréquent. «C’est un peu comme avec le four. Le mien, je le lave plus qu’une fois par année. Le barbecue mérite la même attention», compare Benjamin Alarie, chef corporatif chez Weber Canada. Pour les utilisateurs réguliers, un brossage après chaque cuisson et un nettoyage en profondeur mensuel de toutes les pièces avec une eau savonneuse sont nécessaires, selon les maîtres du grill interviewés par le HuffPost Québec.

Si on se limite à un seul décrassage au printemps, les résidus de nourriture collent aux parois, cuisent au soleil tout l’été, et pourrissent une fois le barbecue rangé pour l’hiver.

Pour éviter que trop d’humidité reste dans la coque du barbecue ou qu’il rouille au contact des intempéries, il est également indiqué d’opter pour une housse de protection en polymère. Ça offre une protection contre les déchirures et une bonne respirabilité.

Autre gage de longévité : un usage à l’année. «C’est comme une auto, si tu arrêtes de t’en servir, la laisses pourrir dans un coin, la nettoies pas et la protèges pas contre la rouille, c’est sûr qu’elle ne restera pas belle [NDLR : et fonctionnelle]», plaide Maxime Lavoie.

25 délicieuses recettes pour le barbecue