Vivre

Cette collection de vêtements inspirée de tueries de masse indigne

À la Fashion Week de New York, la marque Bstroy a présenté des vêtements qui ont choqué des survivants et familles de victimes.

La Fashion Week de New York est capable du meilleur comme du pire. Dans la catégorie mauvais goût, la marque américaine Bstroy s’est particulièrement illustrée en faisant défiler une collection «inspirée» des tueries survenues dans plusieurs écoles des États-Unis.

La marque a partagé ce mardi 17 septembre des photos de son défilé printemps-été 2020. Plusieurs mannequins portent des «hoodies» sur lesquels s’affichent les noms de «Sandy Hook», «Columbine», «Marjory Stoneman Douglas» et «Virginia Tech». Les sweats colorés sont aussi dotés de ce qui ressemble à des trous de balles.

Les réactions des internautes n’ont pas tardé face à cette collection faisant écho à des fusillades qui ont coûté la vie à des centaines d’adolescents aux États-Unis ces dernières années.

Les mots «dégoûtant», «révoltant» ou «cruel» ont fleuri dans les commentaires des publications Instagram de la marque. Kyle Kashuv, survivant de l’attaque de Stoneman Douglas a écrit: «J’aimerais juste savoir quel est votre problème. Mon Dieu, monétiser une tuerie dans une école.»

Le compte Instagram Vicki Soto Memorial Fund, créé après la mort d’une professeure de l’école de Sandy Hook, a commenté: «Ce que vous faites ici est dégoûtant, blessant, c’est mal et irrespectueux. Vous ne saurez jamais ce que notre famille a traversé après la mort de Vicki alors qu’elle protégeait ses élèves. Notre douleur ne peut pas être utilisée pour votre mode.»

Contactée par nos confrères du HuffPost américain, Bstroy n’a pas réagi. Mais sur Instagram, le couturier Brick Owens, créateur de la marque, a partagé un communiqué dans lequel il revient sur ce qui a inspiré ces «hoodies».

«Parfois, la vie peut être douloureusement ironique. Comme l’ironie de mourir violemment dans un environnement que vous pensiez contrôlé et sécurisé comme une école. On nous rappelle tout le temps la fragilité, la brièveté et l’imprévisibilité de la vie, maintenant nous nous souviendrons aussi de son potentiel infini.»

Pas sûr que ces explications suffisent à convaincre les internautes choqués par cette collection.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.