TÉMOIGNAGES
07/05/2020 14:05 EDT

Chaque fois qu'une célébrité perd du poids, ça me ramène à mon image corporelle perturbée

Combien de fois encore allons-nous féliciter une femme d'être mince?

Abaca Press/Lionel Hahn
Adele lors des 59e Grammy Awards, en 2017

«Adele est devenue tellement mince, elle a l’air d’une autre personne.»

Cette phrase s’est rendue à moi dans un échange privé sur les réseaux sociaux mercredi matin, et je suis certaine qu’elle est apparue dans des milliers d’autres discussions de groupe et messages privés sur Instagram après que la chanteuse eut partagé une photo d’elle pour son anniversaire mardi. C’était sa première publication Instagram depuis décembre 2019.

Dans la légende accompagnant la photo, Adele a profité de son 32e anniversaire pour remercier les travailleurs de première ligne qui luttent contre la propagation du coronavirus. Plusieurs ont profité de l’occasion pour commenter son apparente perte de poids.

«Je veux dire, tu te moques de moi», a commenté Chrissy Teigen, qui, sans dire explicitement la même chose que dans ma conversation de groupe un peu plus tôt, disait, en gros, tout.

Le commentaire de Teigen a été «aimé» par plus de 100 000 personnes.

J’ai essayé de dissocier tout sentiment du mot «mince» pendant de nombreuses années. Je me dis que ce n’est qu’un mot, et les mots n’ont pas de sentiments, n’est-ce pas? C’est un peu comme si je me disais que les aliments n’ont pas de sentiments: ils ne peuvent pas être «mauvais» ou «bons». Ou que des mots comme «maigre» et «gras» ne sont que des mots et non des identités. Ou que la graisse est juste quelque chose que vous avez sur votre corps. Ou comme je me suis dit à moi-même que je ne veux pas - ou n’ai pas besoin - d’entendre que je «parais mince».

Sauf que je le veux, vraiment, vraiment.

Quand je regarde cette photo d’Adèle, je ressens quelque chose, un peu comme de la jalousie, ou peut-être en fait de la jalousie pure et simple. En voyant une publication de cette chanteuse habituellement réservée sur sa vie privée, j’ai d’abord espéré qu’on aurait droit à de la nouvelle musique. Mais j’ai aussi senti de la jalousie. Je me sens mal de me sentir comme ça, mais c’est vrai. Je suis également jalouse des personnes qui ne ressentent pas la même chose que moi - qui ont réussi à se sentir vraiment en paix avec leur propre corps au lieu de simplement prétendre sur les réseaux sociaux que c’est le cas.

Ce qui est encore plus frustrant, c’est que je ressens toujours ça malgré des années de thérapie pour chasser une relation toxique entre la nourriture et mon corps, et un effort considérable (avec un certain succès) pour trouver l’acceptation et même le bonheur avec mon apparence.

La réalité, c’est que nous ne savons rien des circonstances de la perte de poids d’Adele, tout comme nous ne savions rien des circonstances de la perte de poids très médiatisée de Lena Dunham en 2017 - du moins, pas quand elle s’est produite. Ce n’est qu’un an plus tard que nous avons commencé à apprendre exactement ce qui s’était passé dans la vie de Dunham, et rien de tout ça ne semblait très sain.

«À gauche: 138 livres, complimentée toute la journée et en couverture d’un magazine au sujet des régimes qui fonctionnent», a écrit la créatrice de Girls sur un montage d’elle-même partagé en 2018. «Aussi, malade dans son corps et dans sa tête et ne s’alimentant que grâce à de petites quantités de sucre, une tonne de cafés et de médicaments. À droite: 162 livres, joyeuse et libre, complimentée seulement par des gens qui m’importent et pour des raisons qui importent, s’alimentant grâce à un mélange constant de collations bonnes au goût et pour la santé, d’apéros et d’entrées, assez forte pour soulever des chiens et les esprits. Même cette battante pour la positivité corporelle que je suis regarde parfois l’image de gauche avec nostalgie, jusqu’à ce que je me souvienne de la douleur invivable que j’ai affrontée pour me rendre là. Pendant que j’écris, je sens la graisse de mon dos s’enrouler sous mes omoplates.»

Quelle chance nous avons d’avoir quelqu’un comme Dunham dans l’œil du public pour parler honnêtement de son expérience. J’ai pensé à elle aussi lorsque ma collègue a souligné l’impact psychologique qu’une perte de poids drastique peut avoir sur une personne. «Des personnes qui vous auraient totalement ignoré avant peuvent soudainement devenir obsédés par vous», a noté ma collègue. «Et vous faire croire que si vous reprenez du poids, vous ne serez pas aimé, ce qui entraîne de dangereuses habitudes d’alimentation et d’exercice.»

Les médias sociaux ne racontent jamais toute l’histoire. Et pourtant, nous sommes là, à la féliciter collectivement d’être plus mince qu’elle ne l’était auparavant.

Logiquement, tout ça a un sens. Mais quand je regarde la photo d’Adele, ce n’est pas la logique qui guide mes pensées ou mes émotions. Ce qui complique encore la situation, c’est qu’en raison de son talent, je place souvent Adele sur un piédestal et la considère comme étant à des années-lumière plus sage et plus évoluée que moi. Mais ensuite, je me rappelle que nous avons presque le même âge et qu’elle aussi est un être humain. Nous ne savons pas ce qui se passe dans son esprit ou dans sa vie et - comme on nous le rappelle constamment, mais il faut travailler fort pour le croire - les médias sociaux ne racontent jamais toute l’histoire. Et pourtant, nous sommes là, à la féliciter collectivement d’être plus mince qu’elle ne l’était auparavant.

C’est exaspérant.

Le fait d’être en isolement depuis plusieurs semaines a suscité de nombreuses réflexions et émotions, notamment sur l’idée que la vie est courte. Avez-vous entendu ça? Oui, c’est un cliché, mais c’est un cliché parce que c’est vrai! Et je le ressens plus que jamais ces derniers temps. Vraiment, quand vais-je cesser de me sentir mal à propos des aliments que je mange ou de me demander quel impact ils auront sur le corps sain et fonctionnel que j’ai la chance d’avoir? Peut-être pas aujourd’hui, en regardant cette photo d’une célébrité, mais peut-être, avec un peu de chance, prochainement.

Ce texte, initialement publié sur le site du HuffPost États-Unis, a été traduit de l’anglais.