POLITIQUE
21/11/2020 11:31 EST

La CAQ dirige le Québec vers l'austérité, affirme Québec solidaire

Le parti est réuni ce week-end en conseil national virtuel ayant comme thème «Qui va payer pour la crise?».

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
Le parti est réuni ce week-end en conseil national virtuel ayant comme thème «Qui va payer pour la crise?». (photo d'archive)

QUÉBEC — Les Québécois renoueront très bientôt avec l’austérité des années libérales, croit Québec solidaire (QS).

Le parti est réuni ce week-end en conseil national virtuel ayant comme thème «Qui va payer pour la crise?».

En point de presse samedi matin, la co-porte-parole de QS, Manon Massé, a affirmé que selon elle, les compressions dans les services publics sont inévitables.

Dans sa mise à jour économique, présentée le 12 novembre, le ministre des Finances, Éric Girard, a confirmé que le déficit atteindrait cette année 15 milliards $, un sommet historique.

Il sera suivi d’un déficit anticipé de 8,3 milliards $ en 2021-2022, puis 7 milliards $ l’année suivante. De 2020 à 2023, cela donne donc un total de 30 milliards $ écrits à l’encre rouge dans le budget du Québec.

Le gouvernement s’est engagé à ne pas hausser les taxes et les impôts, malgré le contexte difficile causé par la pandémie. Le mini-budget ne comporte aucun accroissement du fardeau fiscal des Québécois.

«Ils préfèrent compter sur le fédéral, espérer sur le retour d’une forte croissance économique; honnêtement ces deux facteurs-là sont plus ou moins rassurants», a déclaré Mme Massé. 

«Quand on refuse d’augmenter la colonne des revenus, bien inévitablement, c’est la colonne des dépenses qu’on doit compresser. Ça annonce déjà l’austérité.

«Cette nouvelle perspective d’austérité est vraiment tough pour les Québécois», a-t-elle ajouté, disant vouloir discuter ce week-end d’«alternatives» pour éviter le «sacrifice annoncé de la CAQ».