POLITIQUE
03/07/2020 16:24 EDT | Actualisé 03/07/2020 16:50 EDT

Québec rejoint le mouvement de boycottage de Facebook

L’ensemble des ministères et organismes du gouvernement du Québec retireront ainsi leurs publicités pour juillet.

SOPA Images via Getty Images

Le gouvernement du Québec rejoint le mouvement mondial de boycottage de Facebook, qui continue de prendre de l’ampleur ces jours-ci. Dans la foulée, les placements publicitaires de tous les ministères et organismes du Québec seront ainsi retirés de la plateforme du géant.

Les organisations qui prennent part au boycottage exigent que le réseau social serre la vis dans ses contrôles concernant les messages racistes ou haineux.

«Par ce geste, le gouvernement du Québec souhaite démontrer l’importance qu’il accorde à la lutte contre le racisme ainsi qu’à l’accès à une information juste et de qualité, indique un communiqué émis vendredi. D’aucune façon le gouvernement ne tolère la circulation de messages racistes, haineux et
discriminatoires.»

Via le communiqué, François Legault invite aussi les sociétés d’État à suivre la même voie.

Plusieurs entreprises ont récemment indiqué qu’elles allaient retirer – au moins temporairement – leurs publicités de la plateforme du géant. Parmi elles, des banques canadiennes telles que Banque nationale, Banque Laurentienne, Banque Scotia, CIBC, Banque de Montréal, Banque TD ainsi que le Mouvement Desjardins. Lululemon et MEC ont également rejoint le mouvement, tout comme plusieurs multinationales telles que Coca-Cola, Adidas, Ford, Verizon (dont HuffPost est la propriété) et Unilever.

Les autres partis invités

«Nous allons cesser nos achats publicitaires sur Facebook à partir de ce dimanche à minuit, et ce, pour une durée de 30 jours», a également annoncé le parti politique de la CAQ ce vendredi 3 juillet.

«Nous avons tous la responsabilité de créer une société inclusive et c’est pour cette raison que nous avons décidé de nous joindre au mouvement, peut-on lire dans un communiqué du parti. Au Québec, nous sommes d’ailleurs très sensibles à la désinformation. Nous sommes d’avis qu’un effort doit être fait de la part du géant américain afin de mieux modérer les contenus/discours les plus dangereux.»

La CAQ suggère par ailleurs aux autres partis politiques de la province d’emboîter le pas. «Si on veut avoir un impact réel, tous les partis politiques du Québec doivent s’unir sur cet enjeu», fait-on valoir.

L’invitation est lancée...