NOUVELLES
14/07/2020 16:18 EDT

À Montréal, l'appel au dépistage a (un peu trop bien) fonctionné

«On est en train de s'ajuster», reconnaît Legault quant aux délais vécus par les citoyens souhaitant être testés.

Ryan Remiorz/PC
Les files d'attente ont été dénoncées par plusieurs sur les réseaux sociaux.

François Legault a reconnu mardi que la répartition de la capacité de dépistage de la province laisse toujours à désirer.

Questionné sur les longs délais d’attente pour subir un test pour la COVID-19, le premier ministre a souligné que le nombre de prélèvements réalisés sur une base quotidienne demeure pourtant bien en deçà de la capacité de 16 000 du réseau de la santé.

Selon les données du ministère de la Santé, le nombre de tests de dépistage analysés au cours de la dernière semaine oscillait entre environ 8 000 et 12 000 par jour.

«À certains endroits, c’est congestionné, à certains endroits, il n’y a pas personne ou à peu près», a relevé M.Legault, en se disant insatisfait de la situation. 

«On est en train de s’ajuster.»

Un bond à Montréal

Du côté de la Direction de la santé publique de Montréal, le Dr David Kaiser fait état d’un bond de 50 % de l’achalandage dans les cliniques de dépistage au cours du week-end comparativement à la fin de semaine dernière, après l’appel lancé aux citadins ayant fréquenté des bars depuis le début du mois.

La santé publique régionale explique vouloir augmenter sa capacité de dépistage, tout en permettant au personnel épuisé à l’issue de la première vague de COVID-19 de souffler un peu.

On recense dorénavant au moins 30 infections liées à neuf établissements.

Les autorités sanitaires de la métropole se disent préoccupées par la transmission du virus qui est en hausse depuis la semaine dernière, mais selon François Legault, la situation demeure sous contrôle.