NOUVELLES
16/02/2020 12:27 EST

Les Canadiens en quarantaine à bord du Diamond Princess seront bientôt évacués

Affaires mondiales en a fait l’annonce tard samedi en évoquant les «circonstances extraordinaires» à bord.

Anadolu Agency via Getty Images
Des passagers sur le pont et les balcons du bateau de croisière Diamond Princess en quarantaine au terminal de croisière de Daikoku, à Yokohma, au Japon (photo d'archives)

Le gouvernement fédéral procédera finalement à l’évacuation des Canadiens mis en quarantaine sur un navire de croisière amarré au Japon.

Affaires mondiales en a fait l’annonce tard samedi en évoquant les «circonstances extraordinaires» à bord.

Ottawa a affrété un avion pour rapatrier la plupart des 255 passagers canadiens du Diamond Princess, coincés depuis dix jours au coeur d’une éclosion du nouveau coronavirus. Jusqu’à présent, 355 personnes — dont 15 Canadiens — ont été infectées, sur un total d’environ 3500 personnes à bord.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, il s’agit de la plus haute concentration de cas confirmés à l’extérieur de la Chine continentale.

«Compte tenu des circonstances extraordinaires auxquelles sont confrontés nos citoyens à bord du Diamond Princess, nous agissons pour que les Canadiens rentrent chez eux à partir du Japon, tout en veillant à ce que des mesures appropriées soient établies pour prévenir et limiter la propagation du nouveau coronavirus», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, dans un communiqué.

Le moment auquel ces voyageurs seront de retour en sol canadien n’a pas été précisé.

Affaires mondiales indique qu’ils seront tous examinés avant de pouvoir monter à bord de l’appareil. Ceux qui présentent des symptômes de COVID-19 seront plutôt pris en charge par le système de santé japonais.

Les autres s’envoleront vers la base militaire de Trenton, dans le sud de l’Ontario, où ils seront à nouveau évalués avant d’être conduits vers l’Institut de formation de NAV Canada, à Cornwall, pour une quarantaine de 14 jours supplémentaires.

La quarantaine de deux semaines imposée sur le Diamond Princess aurait été complétée mercredi. Mais des experts se demandent si le confinement dans un espace aussi restreint n’a pas été contre-productif en facilitant la propagation de la maladie.

Les autorités japonaises avaient présenté jeudi des plans provisoires pour permettre aux passagers du Diamond Princess de terminer leur quarantaine sur la terre ferme.

Par ailleurs, le ministre Champagne rapporte qu’environ 250 Canadiens se trouvant à bord d’un navire de croisière distinct, au large des côtes du Cambodge, seront rapatriés en sol canadien aux frais de la compagnie de croisière Holland America, après des tests de dépistage qui se sont avérés négatifs.

En Ontario

Entre-temps, près de 400 Canadiens sont toujours en quarantaine à la base militaire de Trenton, dans le sud de l’Ontario, après avoir été rapatriés de la province chinoise de Hubei, où est située la ville de Wuhan, considérée comme l’épicentre du COVID-19.

L’Agence de la santé publique du Canada a annoncé samedi la levée de la quarantaine pour 23 d’entre eux. Il s’agit des membres de l’équipage du deuxième avion nolisé par Ottawa dans le cadre de cette épidémie.

L’administratrice en chef de la santé publique dit avoir déterminé que ces 23 personnes ne représentent aucun danger grave pour la santé publique. Dans un communiqué publié samedi soir, la Dre Theresa Tam explique qu’«ils n’ont pas passé de temps au foyer de l’épidémie, ils ont utilisé de l’équipement de protection individuelle et ils n’ont eu aucun contact sans protection avec des passagers ou des personnes susceptibles d’avoir contracté le nouveau coronavirus».

En «bonne santé»

La Dre Theresa Tam et son adjoint, le Dr Howard Njoo, ont précédemment indiqué que la mise en quarantaine se déroule bien et que les Canadiens touchés «sont en bonne santé et ne présentent aucun symptôme d’affection par le nouveau coronavirus».

Si rien ne change d’ici là, les personnes arrivées au pays le 7 février seront libérées de la quarantaine le 21 février tandis que celles arrivées le 11 pourront quitter la base de Trenton dès le 25 février.

On recense huit personnes atteintes du coronavirus sur le sol canadien après l’annonce d’un nouveau cas en Colombie-Britannique, dont trois en Ontario et les cinq autres en Colombie-Britannique. Le laboratoire national de microbiologie de Winnipeg vérifie les tests effectués sur ce nouveau patient.

Les autorités de la santé au pays ont tenu à souligner que le risque demeurait faible au Canada. «Le fait que nous avons pu détecter rapidement ce cas et prévenir la propagation du virus dans la collectivité démontre que notre système de santé fonctionne comme il le devrait», a souligné le Dr Njoo.

Le coronavirus a affecté plus de 67 000 personnes autour du globe, la vaste majorité des cas étant recensés dans la province chinoise de Hubei.

À VOIR AUSSI: Covid-19 : la hausse du nombre de cas ralentit en Chine selon Pékin