NOUVELLES
26/06/2019 16:16 EDT | Actualisé 26/06/2019 16:27 EDT

Le Canada va reprendre ses déchets de plastique abandonnés aux Phillipines

Les deux tiers des conteneurs du dépôt initial en 2013-2014 seront de retour au pays ce samedi.

ASSOCIATED PRESS
Une environnementaliste dénonce la présence de déchets canadiens aux Philippines lors d'une manifestation en mai dernier.

Les conteneurs de déchets canadiens qui pourrissaient aux Philippines depuis des années devraient arriver au pays dans les prochains jours.

Le porte-conteneurs Anna Maersk est attendu au port de Vancouver samedi matin.

Cette arrivée devrait signifier la fin de la «crise des déchets» qui avait provoqué un différend diplomatique avec les Philippines et attiré l’attention sur le problème croissant des déchets de plastique envoyés dans des pays asiatiques.

Au moins 103 conteneurs d’ordures ménagères, contenant notamment des bouteilles et des sacs en plastique, des journaux et des couches, ont été expédiés du Canada aux Philippines de 2013 à 2014; ces conteneurs étaient faussement étiquetés comme des plastiques à recycler.

 Le deux tiers de retour au Canada

Le mois dernier, le président philippin Rodrigo Duterte a rappelé l’ambassadeur et les consuls généraux des Philippines parce que le Canada n’avait pas respecté l’échéance du 15 mai pour récupérer ses déchets.

Les 69 conteneurs restants de la cargaison initiale ont finalement quitté les Philippines le 1er juin. Les autres conteneurs ont été éliminés aux Philippines au fil des ans, malgré les objections de responsables locaux et de groupes écologistes. 

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, avait indiqué en mai qu’une fois rapatriés au Canada, les déchets seraient éliminés de façon appropriée avant la fin de l’été.

Le gouvernement canadien a octroyé un contrat à une entreprise de transport, Bolloré Logistics Canada, pour rapatrier les conteneurs. Mme McKenna n’a pas révélé le coût de toute cette opération.

Xinhua News Agency via Getty Images
Les conteneurs avaient d'abord été chargés sur le MV Bavaria (photo) avant de se retrouver sur le porte-conteneurs Anna Maersk.

Le Canada assume les coûts

Ces ordures ont provoqué un irritant diplomatique entre les deux pays. Les conteneurs étaient arrivés aux Philippines pendant le mandat de l’ancien gouvernement conservateur, qui avait demandé aux responsables des affaires étrangères de négocier un accord avec Manille pour se débarrasser sur place de toutes les ordures, ou alors trouver un autre pays asiatique disposé à les prendre. Mais les Philippines ont refusé de s’en débarrasser et aucun autre pays n’a accepté d’accueillir les déchets.

L’automne dernier, un groupe de travail composé de représentants des deux pays avait été mis sur pied pour tenter de résoudre le litige — le principal enjeu étant de savoir qui en assumerait les coûts.

En avril, le président Duterte a soulevé à nouveau la question, menaçant de «déclarer la guerre» au Canada et annonçant qu’il renverrait les déchets si rien n’était fait avant le 15 mai. Le Canada a alors accepté de payer la note, mais la date limite n’a pas été respectée et les Philippines ont rappelé leur ambassadeur et leurs consuls du Canada.

Ottawa n’a pas exclu de tenter de poursuivre l’entreprise canadienne qui avait expédié les conteneurs — une société qui a cessé ses activités depuis.

À voir aussi: