Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

À go, on commande de la cabane (pas de la pizz)!

Un «sucré» de bon festin en perspective!

Enfilez vos plus belles chemises à carreaux, changez vos ceintures de cran, cette année jambon, crêpes et oreilles de crisse débarquent sur votre table.

«Ma cabane à la maison», la force du collectif!

Refusant de se résoudre à fermer pour une deuxième année consécutive à cause de la pandémie, quelque 70 érablières de partout au Québec se sont unies sous une seule et même initiative «Ma cabane à la maison», lancée officiellement le 22 février.

Au menu : des boîtes gourmandes faites de produits locaux à 90 % et misant sur des recettes ancestrales : jambon à l’érable, fèves au lard, oreilles de crisse, grands-pères dans le sirop, notamment.

La commande ultra simplifiée prend moins de temps que de faire bouillir du sirop. Suffit de se rendre sur le site Web, indiquer son emplacement, choisir la cabane la plus proche ou au menu le plus alléchant, puis d’opter pour la livraison à domicile, la cueillette sur place ou dans l’un des 194 points de ramassage Metro à travers la province.

Semblerait que les acériculteurs ont de la broue dans le toupet, puisque 20 000 commandes ont été effectuées via la plate-forme en une petite semaine, selon les informations du Journal de Montréal.

Une ouverture sucrée sur le nord

Alors que les acériculteurs des Basses-Laurentides reçoivent normalement une tralée de citadins avares de cretons maison et de tire d’érable, cette année, ils leur proposent plutôt de s’offrir des boîtes repas conçues «pour tous les goûts et préférences alimentaires».

Parmi les établissements participants, on note la Cabane à pommes Labonté de la pomme, la Cabane à sucre Constantin, le Bistro de la Dent Sucrée, le Domaine du Petit St-Joseph, la Cabane à sucre Farsa, et la Sucrerie Bonaventure, qui proposent tous de un à trois menus, du plus traditionnel au plus gastronomique, en passant par une offre végétarienne.

Pour connaître leurs alléchantes propositions, direction le site de Tourisme Basses-Laurentides.

D’autres entreprises qui honorent le temps des sucres :

Les Enfants Terribles (6 adresses)

La chaîne de restos offre une boîte repas gourmande comprenant des classiques de cabane, dont certains revisités. On compte, entre autres, au menu conçu pour 2 à 4 personnes : ragoût au porc, fèves au lard, saumon fumé à l’érable, condiments et saucisses dans le sirop. La livraison et la cueillette sont offertes le vendredi 12 mars. Coût du panier : 89$.

Cidrerie Lacroix (Saint-Joseph du Lac)

Cidrerie Lacroix
Cidrerie Lacroix

Pas de temps des sucres sans pomme à la Cidrerie Lacroix, qui propose cette année une généreuse boîte remplie de produits locaux offerte pour emporter ou à la livraison dans le Grand Montréal jusqu’au 4 avril. Chef Xavier Rousseau signe une carte comprenant une soupe aux pois au canard confit, tourte à la viande, pommes, et oignons caramélisés à l’érable, grelots confits au gras de canard, bacon et flocons d’érables et pets de soeur, notamment.

Les commandes en ligne sont acceptées jusqu’au 1er avril jusqu’à épuisement des stocks. Prix : 149,99$ pour 4 personnes (ou 159,99$ avec quelques bouteilles des cidres de la maison).

Au Pied de Cochon (Montréal et Mirabel)

À la Cabane du Pied de Cochon à Mirabel ou au restaurant de Montréal, il sera possible de récupérer dès le 15 mars (le 17 à la boutique montréalaise) un copieux festin des sucres signé Martin Picard. Prix du menu pour deux : 82$. Les pré-commandes sont acceptées dès maintenant.

Les érablières en quelques chiffres

  • Une quarantaine de cabanes (sur les 200 au Québec) ont dû fermer leurs portes depuis le début de la pandémie.
  • Les cabanes à sucre génèrent habituellement plus de 300 millions de dollars en retombées économiques, sans compter leur apport au tourisme.
  • Au cours de la dernière année, en raison des mesures sanitaires empêchant les rassemblements, elles ont été fragilisées par une baisse de revenus de plus de 90 %, selon les données obtenues par l’ASEQC auprès de ses membres.
  • La situation actuelle touche plus de 6 000 travailleurs et tout un écosystème de fournisseurs et de distributeurs alimentaires qui dépendent des cabanes à sucre.
10 choses à savoir sur le sirop d'érable
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.