DIVERTISSEMENT
15/09/2019 16:23 EDT | Actualisé 15/09/2019 16:26 EDT

«Ça: Chapitre 2», un film d'horreur qui s'ouvre sur un crime réel

Le meurtre d'un jeune homme gai, que décrivait l'écrivain dans son livre «It» et qui ouvre le film avec Xavier Dolan dans le rôle de la victime, est tristement basé sur la réalité.

Warner Bros
Pennywise revient dans «Ça: Chapitre 2», dont la scène d’ouverture est tirée d'un vrai crime qui avait choqué Stephen King

Pour son retour sur grand écran, le terrible Pennywise fait un massacre au box-office outre-Atlantique. En à peine une semaine, le clown maléfique a déjà engrangé plus de 100 millions de dollars. 

It: Chapter Two («Ça: Chapitre 2», en VF) a beau avoir un peu moins séduit les critiques que le premier opus de l’adaptation du célèbre roman de Stephen King, il n’en donc est pas moins bien parti pour attirer les foules curieuses de découvrir la conclusion des aventures horrifiques du club des Losers. 

Une entreprise qui nécessite de s’armer de patience et d’avoir l’estomac bien accroché: le film sorti dure 2h45, multiplie les frayeurs et s’ouvre surtout sur une scène particulièrement violente qui, contrairement aux multiples carnages du clown, est directement tirée d’une histoire vraie. 

(La suite de l’article, sous la bande-annonce, contient des divulgâcheurs)

Alors que le Chapitre 1 s’ouvrait sur la rencontre mortelle de Georgie Denbrough et de Pennywise dans un caniveau de Derry en 1988, le réalisateur Andy Muschietti fait débuter cette suite qui se déroule en 2016 sur un nouveau meurtre dans la petite ville du Maine. 

Alors que l’heure est à la fête avec la foire annuelle qui bat son plein dans la bourgade, Adrian (joué par Xavier Dolan) gagne une peluche à un stand où ne jouent que des enfants. Son petit ami Don le sermonne et Adrian cède finalement de bon cœur son trophée à une petite fille à ses côtés. Le couple s’éloigne en s’embrassant.

Une scène que trois jeunes observent, le regard plein de haine, avant de lancer une flopée d’insultes homophobes. Adrian répond avec mordant, mais Don lui demande de laisser tomber. Le couple emprunte un pont et s’éloigne en répétant qu’il est temps quitter cette ville aux esprits étroits. Ils s’échangent un baiser supplémentaire.

C’est alors que les agresseurs reviennent à la charge. Cette fois, les coups pleuvent, les deux hommes sont bloqués à terre. Adrian est violemment frappé au visage, puis, en sang, est pris d’une crise d’asthme avant d’être jeté dans la rivière qui coule plusieurs mètres sous ses pieds. Alors qu’il est à deux doigts de se noyer, il attrape une main qui lui vient en secours: Pennywise. Don, libéré par les assaillants qui fuient en entendant une voiture arriver, voit alors son copain se faire dévorer par le clown.

L’histoire tragique de Charlie Howard

Pour les fans de l’adaptation en téléfilms de 1990, cette scène est inédite. Celles et ceux qui ont lu le livre ne seront par contre par surpris. L’agression d’Adrian Mellon y est bien présente et s’étire d’ailleurs sur de nombreuses pages, le livre racontant ce qui avait amené Adrian à Derry, l’homophobie qui y régnait, comment il avait rencontré son amoureux, mais aussi l’enquête de la police sur sa mort. 

Si elle fait partie du livre et de son adaptation sortie en 2019, cette scène ne relève pourtant pas de la fiction (la morsure du clown mise à part, bien évidemment). En pleine écriture de Ça en 1984, Stephen King entend parler d’un crime qui choque la petite ville de Bangor (dans le Maine, aussi) et décide de l’intégrer à son livre.

Bangor Daily News
Collection de pages du «Bangor Daily News», qui a couvert de près le meurtre de Charlie Howard qui a tant marqué la petite ville américaine

Comme l’a rappelé le journal local le Bangor Daily News début septembre avant la sortie du film, cette terrible histoire que les habitants ont toujours en tête 35 ans plus tard est celle Charlie Howard.

Le 7 juillet 1984, le jeune homme de 23 ans et son copain sont été attaqués par des adolescents de 15, 16 et 17 ans alors qu’ils marchent dans la rue. Insulté et pourchassé jusque sur un pont par les trois jeunes, Charlie finit par tomber à terre à cause de son asthme qui l’empêche de respirer.

Rattrapé par les agresseurs, il est alors frappé puis soulevé dans les airs. Il a beau supplier de ne pas être jeté dans l’eau car il ne sait pas nager, il est lancé par dessus la rambarde. Il sera retrouvé noyé trois heures plus tard par la police que son petit ami avait réussi à alerter.

«C’est encore d’actualité»

«Je pense que la mort de Charlie Howard a choqué les habitants de la région au point de les faire se pencher sur les questions de discrimination et d’orientation sexuelle. Je sais que c’est l’effet que cela m’a fait», confiait Stephen King, qui résidait alors dans le Maine, au journal en 2014 pour le 30e anniversaire de la mort du jeune homme.

Chaque année, la ville de Bangor continue d’ailleurs d’honorer la mémoire Charlie Howard en jetant des fleurs dans la rivière Kenduskeag où il a péri.

Alors que certains sur les réseaux sociaux ou parmi les critiques ont déploré que la scène d‘ouverture de It: Chapter Two était traitée trop superficiellement par rapport à sa gravité et à l’attention qui lui est accordée dans le livre, la distribution a défendu la décision de l’intégrer de la sorte.

«Je pense que c’est important que l’on voie la scène d’Adrian, de la conserver comme dans le livre, parce que l’on vit à une époque où c’est encore d’actualité et nous n’avons pas dépassé ça. On ne peut faire faire comme si ça n’existait pas, cela fait partie du quotidien», ont notamment expliqué à Variety Jessica Chastain (qui incarne Beverly) et Andy Muschietti, qui a par ailleurs choisi dans son adaptation de clairement sous-entendre que Richie, l’un des personnages principaux, était gai.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À VOIR AUSSI: Selon Jessica Chastain, la scène d’ouverture de «Ça Chapitre 2» est primordiale pour comprendre le film