POLITIQUE
19/05/2020 17:49 EDT

Le bureau du vérificateur général s'attardera aux dépenses liées à la COVID-19

Karen Hogan a déclaré mardi aux députés chargés d’étudier sa candidature que le risque de fraude dans certains des programmes d’aide d’urgence pourrait élargir encore la portée du travail d’audit.

THE CANADIAN PRESS/Justin Tang
La Colline du Parlement depuis le parc Major's Hill à Ottawa, le lundi 18 mai 2020.

OTTAWA — Le bureau du vérificateur général du Canada jettera un oeil critique sur la préparation fédérale en cas de pandémie et sur les grandes dépenses que les libéraux ont déployées pour amortir les impacts de la COVID-19, a-t-on appris mardi devant un comité des Communes.

Karen Hogan a déclaré mardi aux députés chargés d’étudier sa candidature au poste de vérificateur général du Canada que le risque de fraude dans certains des programmes d’aide d’urgence pourrait élargir encore la portée du travail d’audit de ce bureau, où elle est vérificatrice générale adjointe depuis janvier 2019.

Mme Hogan prévoit déjà que la vérification particulière sur la pandémie mettra l’accent sur la préparation du gouvernement fédéral à une telle éventualité. Elle souhaiterait aussi jeter un oeil critique sur les initiatives fédérales qui seront les plus bénéfiques pour les Canadiens et les parlementaires.

Elle a par ailleurs reconnu devant le Comité permanent des comptes publics le risque de fraude dans certains programmes d’aide créés dans l’urgence par Ottawa au cours des dernières semaines, ce qui pourrait étendre la portée du travail d’audit que le bureau tente de gérer - avec des employés qui travaillent à distance et des ressources budgétaires limitées.

Le bureau a retardé plusieurs examens de programmes fédéraux afin de se consacrer au vaste programme d’infrastructure de 187 milliards $ des libéraux, puis maintenant aux programmes d’aide de 151,7 milliards $ liés à la pandémie.

Le gouvernement fédéral annonçait par ailleurs mardi l’élargissement du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes. Critiqué depuis des semaines, le prêt sans intérêt de 40 000 $ qu’offre Ottawa aux entrepreneurs sera dorénavant plus accessible.

Mme Hogan a indiqué mardi que d’autres audits pourraient devoir être abandonnés si le bureau du vérificateur général ne peut pas obtenir des millions de plus en financement.

Des responsables du bureau du vérificateur général ont déjà averti les membres du Comité des comptes publics que cette agence indépendante, qui dispose d’un budget annuel d’environ 90 millions $, a actuellement besoin d’environ 10,8 millions $ de plus pour mener à bien ses activités.

«Nous ferons de notre mieux», a déclaré mardi Mme Hogan aux députés qui examinaient sa candidature. «Et je m’engage à fournir des informations au Parlement le plus rapidement possible afin que nous puissions commencer à voir s’il y a des leçons apprises ou des changements que nous pouvons apporter pour mieux nous préparer nous-mêmes si nous devions vivre à nouveau» un événement comme cette pandémie de COVID-19.

Diplômée de l’Université Concordia, à Montréal, Mme Hogan, qui est bilingue, travaille au sein du Bureau du vérificateur général du Canada depuis 2006. Le premier ministre Justin Trudeau l’a recommandée mercredi dernier pour diriger ce bureau, en remplacement de Michael Ferguson, décédé en février 2019. Sa nomination, pour un mandat de 10 ans, doit d’abord être approuvée par une résolution de la Chambre des communes et du Sénat.

À VOIR AUSSI: Le tennis professionnel prolonge sa pause