NOUVELLES
07/10/2019 19:54 EDT

Bonjour-Santé paralysé par une panne informatique depuis dimanche

Le porte-parole de Bonjour-Santé, Louis Aucoin, a précisé qu’une équipe se consacrait uniquement à l’identification de la cause du blocage, tandis que d’autres tentent de rétablir l’accès aux serveurs.

ipopba via Getty Images

QUÉBEC — Des dizaines d’experts provenant de trois firmes informatiques tentaient toujours lundi après-midi de débloquer les serveurs de Bonjour-Santé, plus de 24 heures après le début d’un mystérieux incident qui paralyse une bonne partie des activités du service.

Bonjour-Santé est un outil informatique qui aide les patients à obtenir un rendez-vous avec un médecin pour ainsi éviter d’attendre trop longtemps.

Le porte-parole de Bonjour-Santé, Louis Aucoin, a précisé qu’une équipe se consacrait uniquement à l’identification de la cause du blocage, tandis que d’autres tentent de rétablir l’accès aux serveurs.

«On a des pistes, ce sont des pistes assez encourageantes, ce serait un système qu’on va être capable de déjouer, donc ça c’est encourageant pour le moment», a assuré M. Aucoin en entrevue avec La Presse canadienne.

Pour le moment, les cliniques sont en mesure de répondre à environ 50 pour cent de la demande que Bonjour-Santé reçoit habituellement dans les journées normales, a-t-il ajouté. Le problème ne touche pas les gens dont les rendez-vous étaient déjà pris.

M. Aucoin a aussi rappelé que Bonjour-Santé ne stocke aucune information susceptible d’intéresser d’éventuels pirates informatiques.

«Sur ses serveurs, Bonjour-Santé a le nom, l’adresse et le numéro de téléphone des gens qui ont communiqué avec nous et parfois la carte d’assurance-maladie, mais Bonjour-Santé ne détient aucune information qui est normalement associée au vol d’identité, comme les numéros d’assurance sociale et les informations financières, a-t-il dit. Et on n’a pas non plus d’informations sur l’état de santé des personnes. Donc ce ne sont pas des informations normalement très utiles pour les fraudeurs.»

De toute manière, rien ne permet pour le moment de croire que des données se soient retrouvées à l’extérieur du réseau informatique de l’entreprise, a révélé M. Aucoin.

«Tout porte à croire que c’est une attaque pour bloquer l’accès aux serveurs, mais pas pour accéder aux données, donc ça c’est très, très encourageant, a-t-il souligné. Aussi curieux que ça puisse paraître, nous n’avons pas eu de demande de rançon pour le moment. C’est un incident qui est survenu dans la nuit de samedi à dimanche, et un peu plus de 24 heures plus tard, toujours pas de demande de rançon d’aucune manière.»

Dans un avis publié le 2 octobre, la police fédérale des États-Unis, le FBI, met les entreprises américaines en garde contre une recrudescence des attaques au rançongiciel. Ce type d’attaque informatique verrouille l’accès aux données de la compagnie tant qu’une rançon n’a pas été versée.