NOUVELLES
18/11/2020 08:14 EST | Actualisé 19/11/2020 12:53 EST

Les États-Unis autorisent le Boeing 737 MAX à voler de nouveau

Il reste toutefois encore des étapes avant tout vol du Boeing 737 MAX dans le ciel américain.

Les États-Unis ont autorisé mercredi le Boeing 737 MAX à voler de nouveau, près de deux ans après son immobilisation au sol à la suite de deux accidents ayant fait 346 morts dans un intervalle de cinq mois.

Plusieurs modifications devront être effectuées sur les appareils avant qu’ils ne puissent être remis en service.

L’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA), le régulateur aérien aux Etats-Unis, précise par ailleurs dans son communiqué mercredi qu’elle doit encore approuver la formation nécessaire pour les pilotes avant tout vol du Boeing 737 MAX dans le ciel américain.

Les compagnies devront également procéder à des travaux de maintenance sur les avions cantonnés au tarmac des aéroports depuis plus de 20 mois. Quant aux avions stockés chez Boeing, ils devront être examinés par un inspecteur de la FAA avant d’être envoyés chez les clients. 

La compagnie American Airlines a néanmoins déjà prévu un vol fin décembre.

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, note toutefois que les restrictions de vol commercial pour l’exploitation du 737 MAX dans l’espace aérien canadien demeurent en vigueur.

De son côté, le ministre Garneau a indiqué par communiqué que les restrictions ne seraient pas levées dans l’espace aérien canadien tant que le ministère des Transports ne sera pas pleinement convaincu que toutes ses préoccupations en matière de sécurité ont été prises en compte, et que des procédures et une formation améliorées pour les équipages de conduite sont en place au Canada.

“Les experts en matière de sécurité de Transports Canada poursuivent leur processus de validation indépendant afin de déterminer s’il convient d’approuver les modifications proposées pour l’aéronef. Nous nous attendons à ce que ce processus se termine très bientôt”, a indiqué le ministre par communiqué.

“Cependant, il y aura des différences entre ce que la FAA a approuvé aujourd’hui et ce que le Canada exigera de ses exploitants. Ces différences comprendront des procédures supplémentaires pour le poste de pilotage et avant le vol, ainsi que des distinctions dans la formation.”

Un retour en pleine pandémie

Le 737 MAX, qui était la locomotive des ventes de Boeing avant ses déboires, ne retournera pas non plus dans l’immédiat dans le ciel mondial: les autorités de l’aviation civile d’autres pays ont décidé de procéder elles-mêmes à leur propre certification.

Cette décision est une ”étape importante”, a réagi le constructeur aéronautique dans un communiqué, assurant être prêt à travailler avec les régulateurs du monde entier pour une remise en service rapide.

“Ces événements et les leçons que nous en avons tirées ont remodelé notre entreprise et concentré davantage notre attention sur nos valeurs fondamentales de sécurité, de qualité et d’intégrité”, a ajouté le PDG David Calhoun, cité dans le communiqué.

Le Boeing 737 MAX fera son retour dans un secteur frappé de plein fouet par la pandémie. 

Avec des compagnies aériennes aux finances mal en point et un trafic en berne, Boeing a perdu au total 393 commandes sur les dix premiers mois de l’année. 

Il va néanmoins reprendre ses livraisons, ce qui lui permettra d’être payé et de renflouer ses caisses.

Le constructeur de Seattle a actuellement 450 appareils en stock.

Avec La Presse canadienne.

À VOIR ÉGALEMENT: