POLITIQUE
25/08/2019 17:00 EDT

Bloc québécois: Pierre Karl Péladeau vole la vedette au rassemblement

Il en a profité pour tirer à boulets rouges sur la vente prochaine de Transat à Air Canada, deux jours après que les actionnaires eurent donné leur feu vert.

THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld
Photo d'archives de Pierre Karl Péladeau

MONTRÉAL — Le grand patron de Québecor a volé la vedette lors d’un rassemblement du Bloc québécois, dimanche. Pierre Karl Péladeau en a profité pour tirer à boulets rouges sur la vente prochaine de Transat à Air Canada, deux jours après que les actionnaires eurent donné leur feu vert.

Devant les militants bloquistes, M. Péladeau — qui a été chef du Parti québécois pendant moins d’un an — a déclaré que, «dorénavant», il se consacrerait à garder les sièges sociaux québécois dans la province.

L’homme d’affaires n’a pas manqué d’écorcher le premier ministre du Québec et ex-PDG d’Air Transat, François Legault, qui n’aurait pas levé «un seul petit doigt» pour s’opposer à la prise de contrôle de la compagnie aérienne par Air Canada.

Le poing levé, M. Péladeau a reçu une ovation debout de la part des quelque 350 militants bloquistes réunis au centre communautaire Roussin à Pointe-aux-Trembles, dans la circonscription du député Mario Beaulieu.

M. Péladeau dit avoir accepté l’invitation du chef, Yves-François Blanchet, pour prononcer un discours, cette fois-ci, mais ne ferme pas la porte à s’impliquer pour le Bloc. Il évaluera son rôle dans la campagne fédérale «au fur et à mesure», a-t-il dit.

Blanchet optimiste

Lors d’une mêlée de presse, M. Blanchet a dit sentir une «fébrilité» à quelques jours du déclenchement des élections. Il espère faire élire un «plancher» de 20 candidats au scrutin du 21 octobre.

M. Blanchet est arrivé au rassemblement dans l’est de l’île de Montréal à bord d’une navette fluviale avec l’ancien chef bloquiste, Gilles Duceppe, et une poignée de candidats à la prochaine élection.

Son candidat dans Honoré-Mercier, Jacques Binette, convient que les dernières années ont été difficiles pour le Bloc avec les crises sous le leadership de l’ex-chef Martine Ouellet.

Mais M. Binette a confié qu’il sent lui aussi un vent d’optimisme pour les bloquistes en 2019. Il croit que son parti pourra rallier les souverainistes de tous horizons et les électeurs déçus par les autres partis sur la scène fédérale.

Le rassemblement de dimanche, qui devait souligner la «pré-campagne» du Bloc, a réuni quelque 350 militants.