POLITIQUE
09/10/2019 13:59 EDT | Actualisé 09/10/2019 14:20 EDT

Yves-François Blanchet sent que le vent tourne pour le Bloc québécois

Il se garde bien de commenter les sondages, mais admet du bout des lèvres que «peut-être qu’il est en train de se passer quelque chose» pour son parti.

La Presse canadienne/Chris Wattie
Yves-François Blanchet et le Bloc québécois ont gagné du terrain dans les derniers sondages.

GATINEAU, Qc — Le chef bloquiste Yves-François Blanchet croit que les attaques de ses adversaires à son endroit expriment “une admission et une crainte” que les Québécois donnent “pas mal” de sièges au Bloc québécois.

À la veille du dernier débat électoral, les chefs Justin Trudeau et Andrew Scheer ont dirigé leurs attaques vers le Bloc, qui monte dans les sondages au Québec.

M. Trudeau a dit mercredi que le Bloc “ne peut pas mener un plan pancanadien contre les changements climatiques”. M. Scheer, de son côté, a affirmé que “la priorité du Bloc est uniquement de travailler avec le Parti québécois pour réaliser la souveraineté”.

Amusé, M. Blanchet a dit que ses adversaires, s’ils sont à la tête d’un gouvernement minoritaire, seront obligés de “se piler sur la langue le 22 (octobre) au matin” parce qu’ils auront besoin de la collaboration des tiers partis pour faire avancer leurs programmes législatifs respectifs.

Le chef bloquiste se garde bien de commenter les sondages, mais admet du bout des lèvres que “peut-être qu’il est en train de se passer quelque chose” pour son parti.

“Vous savez, il n’y a pas si longtemps, les questions que vous me posiez, c’est: est-ce que le cadavre du Bloc québécois a recommencé à grouiller? Aujourd’hui, vous me demandez si le zombie est en train de manger les autres partis”, a ironisé M. Blanchet.

“Je pense qu’on se porte raisonnablement bien, mais je dis avec toute l’humilité que ça commande, que la décision appartiendra aux Québécois”, a-t-il ajouté.

Pas juste les indépendantistes

Lors d’une récente entrevue avec La Presse canadienne, le candidat bloquiste dans Laurier-Sainte-Marie, Michel Duchesne, disait que “tu n’es pas obligé d’être indépendantiste à l’heure actuelle pour voter pour le Bloc québécois”.

M. Blanchet croit pour sa part que les électeurs qui seraient tentés de voter pour son parti “vont trouver leur propre réponse à cette question-là”. “Regardez notre programme, regardez ce qu’on veut faire, regardez ce qu’on propose et faites votre choix”, a-t-il dit.

Il ne se cache pas cependant que l’un des objectifs du Bloc est de faire la promotion de l’indépendance du Québec.

En vidéo: la conférence de presse d’Yves-François Blanchet

 

"Oui, à la manière et au rythme des Québécois, nous allons continuer à rendre plus cohérente la démarche en vue d'une éventuelle souveraineté du Québec avec tous ceux qui la souhaitent", a déclaré M. Blanchet.

"C'est notre âme, c'est notre ADN. Mais on est bien conscients que le 21 octobre n'est pas un référendum sur la souveraineté du Québec."

Se soustraire au multiculturalisme

Le chef bloquiste s'est engagé à recycler un autre ancien projet de loi pour soustraire le Québec à l'application de la Loi sur le multiculturalisme canadien afin de laisser l'Assemblée nationale choisir son propre modèle d'intégration des nouveaux arrivants.

La dernière tentative du Bloc en ce sens remonte à 2018. Seuls les députés bloquistes et trois néo-démocrates - Pierre Nantel, Christine Moore et Robert Aubin - avaient voté en faveur. Le projet de loi avait finalement été mort et enterré.

M. Blanchet, qui disait la veille en avoir assez de parler de laïcité, a l'intention de ramener le sujet du multiculturalisme à l'avant-plan lors du dernier débat en français jeudi soir.