DIVERTISSEMENT
15/07/2019 08:24 EDT

The Offspring et Blink-182: un parfait doublé pour clore le Festival d’été de Québec

Le FEQ s'est conclu de belle manière.

HuffPost Québec

Ils ont tous les deux vieilli, mais ils ont aussi tous deux gardé bien intact leur amour de la scène et de la musique: les groupes The Offspring et Blink-182 ont formé le parfait duo destiné à clore les célébrations de cette 52e édition du Festival d’été de Québec. En montant tour à tour sur la scène extérieure principale, ils ont prouvé que le passage des années était loin d’avoir eu de l’emprise sur leur popularité ainsi que sur leur énergie toujours aussi contagieuse. 

The Offspring: les infatigables 

Il n’y a pas à dire: The Offspring aurait amplement mérité de se retrouver en tête d’affiche de cet ultime concert présenté sur les Plaines d’Abraham. Dans le cœur de nombreux festivaliers d’ailleurs, c’est le groupe californien originaire de Garden Grove qui se fait le groupe vedette de cette dernière soirée de festival. Et pour cause, celui-ci a offert une prestation aussi enlevante que celles qu’il proposait lorsqu’il se trouvait au sommet de sa carrière, vers la fin des années 90. 

Les cheveux teints comme autrefois, l’inlassable look punk et la voix identique à celle retrouvée sur les vieux et les nouveaux albums, Dexter Holland et sa bande ont pris soin de livrer bon nombre de vieux succès. All I Want tout d’abord (alors que devant eux se formaient les ronds de mosh pits et que les premiers amateurs de bodysurfing prenaient leur envol), Come Out And Play (parsemé de «F*ck yeah Québec» bien sentis), Gone Away (livré au piano devant une foule parfaitement truffée de lumières de téléphone) ou encore Why Don’t You Get a Job, visiblement aussi attendu qu’apprécié par les fans des premiers jours. 

  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger
  • Philippe Roger

Après avoir qualifié le Festival d’été de «seul festival qui compte» et Québec de ville «sexy», le groupe a joué les premières notes de la chanson Pretty Fly devant une foule qui ne demandait qu’à sauter et à danser. Ce qu’ils ont aussi fait avec entrain sur les pièces archipopulaires The Kids Aren’t Alright (Shattered Dreams) puis Self Esteem; livrée lors d’un court, mais fort apprécié rappel. 

L’énergie de Blink-182

C’est sur un extrait sonore du film mythique Pulp Fiction que les membres de Blink-182 ont entamé leur portion du spectacle, devant une foule déjà manifestement comblée. Le groupe, composé de ce qui ressemblait fort à trois grands gamins, s’est glissé devant un écran géant et entre deux pyramides de blocs variant de couleurs au gré des chansons. 

Au menu: beaucoup de jets de fumée, de flammes et d’autres effets pyrotechniques, ainsi que d’énormes confettis et serpentins qui allaient se charger de rehausser à la fois le spectacle et l’énergique prestation du groupe. Quelques extra-terrestres gonflables aussi, qui allaient éventuellement être largués dans la foule extasiée.

«Nous sommes Blink-182. Je vais à la plage. Voilà, c’est tout ce que je connais, je ne parle pas français désolé», a lancé en français, à la blague, Matt Skiba avant d’expliquer que Québec fut l’un des premiers endroits où les gens s’étaient déplacés pour venir voir Blink-182 en concert. 

À l’instar de The Offspring, le groupe a offert une armée de succès à ses admirateurs, dont What’s My Age Again? (alors que la scène s’est graduellement retrouvée dissimulée par la fumée blanche), All The Small Things (sous une pluie de confettis) et I Miss You dédié à toutes les femmes présentes dans l’assistance. 

La pièce Adam’s Song (traitant du suicide d’un adolescent), le groupe l’a interprétée après avoir pris soin de prévenir la foule que «la prochaine chanson était très triste». À nouveau, les téléphones et leurs points de lumière recouvrant les Plaines d’Abraham ont su créer un moment magique se mariant parfaitement avec les milliers de voix qui chantaient à l’unisson.  

Si de nombreux spectateurs ne semblaient pas vraiment connaître les paroles des pièces plus récentes, cela ne les a pas empêchés d’être un peu déçus lorsque le groupe, qui est reconnu pour ne pas faire de rappel, a terminé le spectacle assez abruptement d’un simple «Merci, bonsoir». 

«Je t’aime», avait-il heureusement pris la peine de lancer à ses fans avant de livrer Bored To Death, l’une des dernières pièces de cette ultime soirée de festival.  

EN VIDÉO: Taylor Swift fait plus d’argent que Kanye West