NOUVELLES
19/02/2020 16:03 EST | Actualisé 19/02/2020 17:19 EST

Le billet de 5$ fait peau neuve: voici cinq visages qui pourraient s'y retrouver

La Banque du Canada accepte les candidatures jusqu'au 11 mars.

La ville de Port Coquitlam, en Colombie-Britannique, mène une campagne acharnée pour un garçon bien de chez elle, Terry Fox.

Mais ce n’est pas dans le cadre d’un concours ou d’une élection traditionnelle – c’est pour avoir la chance de figurer sur le billet de 5 $ canadien.

Le mois dernier, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a annoncé que le gouvernement fédéral allait revoir le design du billet, qui présente actuellement le septième premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier. Une initiative qui fait suite à la campagne de 2016 qui visait à repenser le billet de 10 $ et qui a finalement conduit à la création d’une nouvelle version arborant la militante des droits civiques Viola Desmond. Ce billet a fait son entrée sur le marché en 2018.

Ainsi, la ville de Port Coquitlam a maintenant un lien direct sur son site Web afin d’encourager les gens à proposer Fox comme effigie pour les 5 $. Fox a couru son Marathon de l’espoir à travers le Canada, il y a près de 40 ans, pour sensibiliser à la recherche sur le cancer. Il est décédé avant de terminer la course, mais la Fondation Terry Fox a depuis recueilli des millions de dollars pour la recherche sur le cancer.

Les gens utilisent le mot-clic #FoxForFiver (Fox sur le cinq dollars) pour obtenir du soutien en faveur de l’icône. Cette année marquera le 40e anniversaire de la course de Fox, ce qui, selon de nombreux partisans — y compris le maire de Port Coquitlam, Brad West —, en fait une occasion idéale pour mettre Fox sur le billet.

Des règles ont été établies pour qu’une candidature soit valide. Pour pouvoir figurer sur le billet, la personne doit être importante, réelle et décédée. C’est-à-dire qu’elle doit satisfaire à trois exigences:

  • Il s’agit d’un Canadien de naissance ou naturalisé qui a fait preuve d’un leadership, d’une réalisation ou d’une distinction exceptionnels dans n’importe quel domaine, au profit de la population canadienne ou au service du Canada. 
  • Elle est décédée depuis au moins 25 ans (avant le 11 mars 1995).
  • Elle n’est pas un personnage fictif. 

 

Fox répond à ces exigences, mais il est loin d’être seul dans la compétition. Selon la Banque du Canada, plus de 300 noms ont déjà été proposés. En gardant cela à l’esprit, voici cinq candidats prometteurs issus de la liste.

Terry Fox:

THE CANADIAN PRESS
Le coureur Terry Fox pendant son Marathon de l'espoir, dans une photo d'archives de 1981.

Il a le soutien de sa ville natale, et pour une bonne raison. Fox a remporté la deuxième place dans la série télévisée «The Greatest Canadian», produite par CBC et diffusée en 2004.

En 1977, Fox a subi l’amputation d’une jambe en raison d’un ostéosarcome. En 1980, il a entrepris de parcourir le Canada pour sensibiliser à la recherche sur le cancer. Et alors que la propagation de son cancer l’a finalement forcé à mettre fin à son projet après 143 jours et 5 373 kilomètres, des gens participent encore chaque année aux courses Terry Fox et ce, partout au Canada, pour sensibiliser le public et recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer.

Tommy Douglas:

The Canadian Press
Tommy Douglas prend la parole lors d'un rassemblement du Nouveau Parti démocratique du Canada au Maple Leaf Gardens à Toronto, le 29 mars 1963.

Mais l’homme qui a été désigné le plus grand Canadien devant Fox est l’homme derrière Medicare, Tommy Douglas.

Douglas a été premier ministre de la Saskatchewan de 1944 à 1961 et chef du Nouveau Parti démocratique fédéral de 1961 à 1971. Son cabinet a présenté le premier programme de soins de santé universel à payeur unique en Amérique du Nord, communément appelé Medicare.

Donc, pendant que vous constatez le drame qui entoure le Medicare dans la primaire démocrate américaine, sachez que Douglas y est arrivé en premier — il y a plus d’un demi-siècle.

Agnes MacPhail:

The Canadian Press
Les députés de l'Ontario, Agnes MacPhail et Eamon Park.

La première femme députée du Canada pourrait également faire une excellente candidate pour le billet de 5 $. MacPhail a été élue pour la première fois en 1921 et a été députée jusqu’en 1940, après quoi elle a fait le saut en politique provinciale et a siégé à l’Assemblée législative de l’Ontario de 1943 à 1945, et de nouveau de 1948 à 1951.

Fervente pacifiste, McPhail a également défendu l’établissement de pensions pour les personnes âgées et la reconnaissance des droits des travailleurs dans la législation.

Elle a aussi défendu sans cesse les femmes s’engageant dans la politique, en disant: «La plupart des femmes pensent que la politique n’est pas à la mode. Eh bien, je ne suis pas une dame. Je suis un être humain.»

Louis Riel:

mysticenergy via Getty Images
Une sculpture de Louis Riel sur le terrain de l'Assemblée législative du Manitoba.

Le chef métis Louis Riel est responsable de la fondation de la province du Manitoba. Mais il a également dirigé deux rébellions contre le gouvernement canadien et le premier premier ministre John A. Macdonald, alors qu’il luttait pour préserver les droits territoriaux des Métis au milieu de la présence croissante du gouvernement canadien dans l’Ouest.

Riel est une figure controversée de l’histoire du Canada, saluée par beaucoup comme un fervent défenseur des droits des Métis et des francophones et qualifié par d’autres de rebelle. Alors qu’il était un fugitif du gouvernement, il a été élu trois fois à la Chambre des communes. Finalement, en 1885, il a été emprisonné, jugé pour trahison et exécuté par le gouvernement de Macdonald.

Lorsque le gouvernement a annoncé que Macdonald était retiré du billet de 10 $ en 2018, de nombreuses personnes ont vu le tout comme un pas dans la bonne direction pour reconnaître le passé problématique de nombreuses personnalités historiques du Canada (Macdonald est maintenant connu comme ayant été très raciste). Le fait de mettre Riel — un homme exécuté par Macdonald — sur le billet pourrait être un moyen de renverser la vapeur. 

Pauline Johnson (Tekahionwake):

Library and Archives Canada
E. Pauline Johnson sur une photo d'archives.

Une autre femme notable qui a été présélectionnée pour le billet de 10 $ était E. Pauline Johnson, poète et autrice d’origine mohawk et européenne. Johnson était une figure fondamentale de la littérature canadienne et a utilisé son travail pour explorer les perceptions changeantes de l’identité au Canada, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Née en 1861, Johnson a lutté contre les préjugés de race et de genre à l’époque, explorant les thèmes de l’identité féminine et autochtone à travers son travail. La maison de son enfance est aujourd’hui un lieu historique national et un monument lui est dédié à Vancouver, où elle est décédée en 1913.

Il y a beaucoup plus de Canadiens importants, même au-delà de la liste des 300 publiée par la Banque du Canada. La banque centrale prendra les candidatures jusqu’au 11 mars. Après cela, un comité établira une brève liste de présélection, avant que la décision finale ne revienne au ministre des Finances, Bill Morneau.

À vos votes!

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.