POLITIQUE
09/04/2020 13:16 EDT | Actualisé 09/04/2020 16:24 EDT

COVID-19: six CHSLD dans une situation critique

Le nombre de décès au Québec s'est multiplié par six en une semaine.

Jacques Boissinot/PC
François Legault, 8 avril 2020

En une semaine, au Québec, du jeudi 2 au jeudi 9 avril, le nombre de décès attribuables au virus de la COVID-19 a été multiplié par six.

Le 2 avril, on déplorait 36 décès survenus au Québec, contre 216, soit six fois plus, le jeudi suivant. 

Le bilan présenté par François Legault:

  • 10 912 personnes infectées (+881)
  • 216 décès (+41)
  • 679 personnes hospitalisées (+47)
  • 196 personnes aux soins intensifs (+15)

Le virus attaque principalement un lieu: les centres d’hébergement pour personnes âgées, où la plupart des décès ont été constatés. Et ses victimes favorites sont âgées de 70 ans et plus, qui forment 90 pour cent des pertes de vie enregistrées à ce jour.

Sachant cela, le gouvernement cible désormais l’essentiel de son action là où le virus frappe le plus fort: les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD) et les divers types de centres privés pour aînés.

Dans six CHSLD, la situation est actuellement jugée “critique”.

Il s’agit de:

  • CHSLD Sainte-Dorothée, Laval (16 décès)
  • Centre d’hébergement Notre-Dame-de-la-Merci, Montréal (13 décès)
  • Centre d’hébergement Lasalle, Montréal (7 décès)
  • Centre d’hébergement Alfred-Desrochers, Montréal (5 décès)
  • CHSLD Laflèche, Shawinigan (20 décès)
  • CHSLD Lapinière, Laval (10 décès)

“C’est là qu’on travaille fort” pour freiner l’appétit du virus, a commenté jeudi le premier ministre François Legault, durant sa conférence de presse quotidienne sur la lutte menée par le Québec contre la pandémie de coronavirus.

“C’est sérieux. C’est grave. Il y a des décès. Je pense pas que j’aie besoin de faire un dessin” sur la gravité de la situation, selon lui.

D’où l’importance pour les plus jeunes “de ne pas s’approcher de nos aînés”, dans les prochaines semaines, voire les prochains mois.

“Faut pas aller les visiter, faut pas s’approcher de ces personnes à moins de deux mètres”, a ordonné le chef du gouvernement, et encore moins à l’occasion du congé pascal ce week-end, qu’il s’agisse d’aînés vivant dans leur maison ou en résidence.

Voyez la conférence de François Legault:


Au cours des derniers jours, d’importantes ressources du réseau hospitalier ont été redéployées au profit des résidences pour aînés, principalement dans les CHSLD, soit 450 médecins et un millier d’autres professionnels de la santé, dont des centaines d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires.

Le personnel de ces établissements devra obligatoirement porter un masque pour s’approcher des résidents et subir d’abord un test de dépistage. Les résidants feront eux aussi l’objet de dépistage systématique.

Malgré l’accroissement important du nombre de décès ces derniers jours _ 41 uniquement de mercredi à jeudi _ le premier ministre a cherché à se faire rassurant, en affirmant que la courbe de décès correspondait aux pronostics établis par la santé publique.

“Le nombre de décès est important, mais on s’y attendait. C’est en ligne avec les prévisions qui ont été déposées”, a dit M. Legault, prévenant la population que le sommet de la courbe de propagation n’était toujours pas atteint.

Le Québec comptait jeudi midi 10 912 cas confirmés de contamination, une hausse de 881 cas en 24 heures.

Optimiste, M. Legault a noté aussi une “stabilisation” du nombre d’hospitalisations de malades (679 personnes jeudi), indiquant qu’on se rapprochait du fameux sommet, à partir duquel le nombre de cas confirmés de personnes infectées et de décès devrait commencer à diminuer.

Le retour à la normale sera graduel

Signe que le gouvernement estime que la situation est sous contrôle, le premier ministre s’accordera deux jours consécutifs de congé, samedi et dimanche, une première depuis le début de la crise sanitaire il y a un mois.

L’attention particulière qui doit être apportée aux aînés aura un impact sur la décision à prendre quant au moment choisi pour redémarrer l’économie et permettre aux entreprises de reprendre leurs activités, dont en priorité le secteur de l’industrie de la construction.

On veut éviter que des travailleurs entrent en contact avec des personnes âgées et risquent de les infecter.

On veut aussi limiter le risque d’une deuxième vague de propagation à l’automne, si on lève les barrières trop tôt.

Le retour à la vie normale et la reprise économique se feront donc graduellement, par secteur d’activité, voire par région. Et des consignes sont là pour rester, comme celle de la distanciation sociale de deux mètres à observer en tout temps.

Le gouvernement procédera à “une analyse, secteur par secteur, région par région” avant d’autoriser une reprise des activités, a indiqué de son côté le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Des secteurs qui impliquent un rapprochement physique, qu’on pense aux salons de coiffure, devront patienter et pourront selon toute vraisemblance ouvrir leurs portes dans un deuxième temps, pas à court terme.

“La vie normale où on peut embrasser sa mère ou sa grand-mère, c’est pas pour demain. Ca va prendre des mois”, a illustré le premier ministre, questionné sur les échéances à venir.

Mais le Québec va finir un jour par tolérer une “certaine transmission” du virus dans la communauté, dans l’espoir qu’il s’éteigne avec le temps, en attendant un vaccin, a commenté le Dr Arruda.

Les commentaires ont été fermés pour cet article. Lisez notre politique sur les commentaires pour plus de détails.