NOUVELLES
17/07/2019 13:27 EDT

L'architecture atypique de cette bibliothèque fait réagir les internautes

Serait-ce un «Transformer»? Un bateau de croisière? Le cauchemar d'un brutaliste?

NEILL FITZPATRICK VIA TWITTER
Cette photo de la bibliothèque Stanley A. Milner, fermée pour des rénovations depuis 2016, a été publiée sur Twitter lundi par Neill Fitzpatrick.

Un oiseau? Un avion? Un tank? Voilà quelques-unes des drôles de comparaisons que font les utilisateurs des réseaux sociaux en commentant le design de la nouvelle bibliothèque publique d’Edmonton. 

La bibliothèque Stanley A. Milner est fermée depuis 2016 pour effectuer des rénovations. Et la structure extérieure, qui n’est pas tout à fait terminée, fait beaucoup réagir ces jours-ci sur les réseaux sociaux. 

L’infrastructure gargantuesque, d’un gris très foncé, comporte de multiples bords et angles irréguliers. Il semble que le brutalisme ait rencontré la zone 51, bien que les seules personnes qui vont prendront d’assaut cet espace seront, dans ce cas-ci, des lecteurs voraces.

Et comme on pouvait s’y attendre, les gens ne se sont pas fait prier pour critiquer.

Plusieurs comparent la structure à des appareils militaires...

Ou peut-être un bateau de croisière.

D’autres ont utilisé le style artistique de la bibliothèque pour illustrer le concept «les attentes par rapport à la réalité».

En Alberta, des observateurs ont souligné le contraste évident avec la nouvelle bibliothèque centrale de Calgary.

Mais après les critiques, il faut bien laisser une bibliothèque effectuer son rôle principal: être une bibliothèque. Toutes les nouvelles infrastructures ne peuvent pas refléter l’architecture de la nouvelle bibliothèque centrale de Calgary (même si, pour y avoir été, je peux dire qu’elle est absolument frappante).

Peut-être devrait-on se calmer sur «les internets», il semble que les commentaires ont heurté les sentiments de la bibliothèque d’Edmonton.

La bibliothèque publique d’Edmonton n’a pas répondu aux demandes d’entrevue du Huffpost Canada.

«Nous sommes surpris et, bien sûr, déçus par les réactions. Je crois que celles-ci ne sont pas justifiées puisqu’elles sont basées sur une photo, prise alors que le site est en construction et qu’il n’est pas en fonction. Nous ne sommes pas ouverts, il n’y a aucune lumière», a mentionné Pilar Martinez, la chef de la direction de la bibliothèque publique d’Edmonton, au journal le Edmonton Journal.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

 

À VOIR: Les travaux avancent sur Big Ben