Vivre

Beyoncé se confie sur ses fausses couches

Elle se raconte librement, parlant de la maternité, de la difficulté de devenir mère, de la pression sociale.

Queen B avait évoqué ses fausses couches dans le documentaire «Life is but a dream», elle y revient dans le dernier Elle américain. Elle se raconte librement, parlant de la maternité, de la difficulté de devenir mère, de son hygiène de vie, mais aussi de sa ligne de vêtements IVY PARK x adidas collection.

Beyoncé fait la couverture de ce numéro de janvier 2020. Cheveux tressés, immenses créoles aux oreilles, regard planté dans l’objectif, elle porte un body seconde peau signé IVY PARK x adidas collection - un modèle qu’elle a designé.

Le dossier est ainsi intitulé: Beyoncé interviewée par de vraies femmes.

«J’ai commencé à chercher un sens plus profond lorsque la vie m’a enseigné des leçons dont je ne savais même pas que j’en avais besoin [...] Le succès me semble différent maintenant [...] Les fausses couches m’ont appris que je devais m’occuper de moi avant de pouvoir être la mère d’un enfant. Puis, j’ai eu Blue, et ma quête est devenue tellement plus profonde. Je suis morte et je suis née à nouveau dans ma relation et la quête de soi est devenue plus forte.»

Blue Ivy qu’elle a eue en 2012 avec son mari Jay-Z, puis les jumeaux Sir Carter et Rumi, en 2017.

Une hygiène de vie stricte

Beyoncé regrette vivement la pression que la société exerce sur les femmes.

« Beaucoup d’entre nous ont grandi en voyant nos parents agir comme s’ils étaient des super-héros. La plupart des femmes ont été conditionnées pour ignorer les symptômes et simplement «endurer» - et s’occuper de tout le monde avant elles-mêmes. Je ne fais plus partie de ces gens. Après une grossesse difficile, j’ai mis un an à me concentrer sur ma santé [...] Mon alimentation est importante et j’utilise des outils comme l’acupuncture, la méditation, la visualisation et les exercices de respiration.»