Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Benoit Charette devient ministre responsable de la lutte contre le racisme

François Legault a aussi annoncé que la députée Lucie Lecours est nommée ministre déléguée à l'Économie.

Le premier ministre François Legault est allé de l’avant avec l’une des recommandations de son groupe d’action contre le racisme et a nommé Benoit Charette ministre responsable de la lutte contre le racisme, mercredi matin.

L’information, qui a tout d’abord été rapportée par le 98,5 FM, a été confirmée lors d’un point de presse.

M. Charette aura comme mandat de mettre en place les autres recommandations du rapport qui avait été déposé en décembre dernier.

M. Legault a aussi annoncé que la députée de Les Plaines, Lucie Lecours, fait son entrée dans le conseil des ministres. Elle devient ministre déléguée à l’Économie et sera responsable des PME. Au cours de sa carrière, Mme Lecours a été directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins et de plusieurs hebdomadaires de TC Média.

Benoit Charette, qui n’était pas un membre du comité du gouvernement qui avait pour mandat d’identifier des actions afin de lutter contre le racisme, demeurera ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Comme son gouvernement, M. Charette n’adhère pas au racisme systémique. «Je ne nie pas qu’il y a du racisme, mais notre cadre législatif, nos lois et notre système protègent les citoyens», a-t-il affirmé.

La conjointe de M. Charette est d’origine haïtienne. Le ministre a indiqué qu’un logement leur avait été déjà refusé il y a 20 ans. Il a expliqué qu’il avait contesté ce refus et qu’on leur avait donné raison... trois ans plus tard.

Selon lui, il s’agit d’une preuve que le système protège les citoyens et que la discrimination et le racisme d’autres individus ne proviennent pas du système.

EN VIDÉO: Legault explique les raisons derrière le choix de Charette


Le député de Sainte-Rose, Christopher Skeete, assistera Benoit Charette dans son nouveau poste. M. Skeete sera son adjoint parlementaire, lui qui faisait partie du groupe d’action contre le racisme.

Dans le passé, M. Charette a été coopérant bénévole en Haïti, en 1995. Âgé de 44 ans, il s’est fait élire pour la première fois en 2008 sous la bannière péquiste dans la circonscription de Deux-Montagnes, au nord de Montréal.

Lors de la formation du premier cabinet Legault, en octobre 2018, M. Charette n’en faisait pas partie. C’est en janvier 2019 qu’il est devenu ministre de l’Environnement. Il monte en grade en cumulant désormais le délicat dossier de la lutte au racisme.

Des observateurs de la scène politique s’attendaient à ce que la responsabilité de s’attaquer à ce problème soit plutôt confiée soit au ministre Lionel Carmant, soit à la ministre Nadine Girault, tous deux d’origine haïtienne et co-présidents du groupe chargé par le premier ministre, en juin, de formuler des recommandations au gouvernement sur les meilleurs moyens d’éliminer toute forme de discrimination au Québec envers les minorités visibles et les Autochtones.

M. Legault a indiqué avoir eu des discussions avec les deux ministres, mais que ces derniers étaient déjà très occupés avec leurs responsabilités actuelles.

Le premier ministre a mentionné que s’il avait nommé une personne d’une minorité visible à ce poste, on lui aurait reproché de l’avoir fait uniquement en raison de ses origines.

M. Charette ne voit pas d’inconvénient à ce qu’une personne blanche occupe ce poste. Il a déclaré qu’il était sensible aux questions interculturelles depuis très longtemps.

M. Legault a justifié le choix en disant que ce sont tous les Québécois qui doivent lutter contre le racisme et qu’il était important de trouver une personne qui avait à coeur ce dossier. Il a dit que M. Charette était un «homme d’action» et qu’il s’attendait ce qu’il apporte des changements rapidement.

En décembre dernier, le groupe avait présenté 25 recommandations dans son rapport «Le racisme au Québec: tolérance zéro».

Dans celui-ci, le comité proposait entre autres la mise en place de différentes actions pour mettre fin aux cas de discrimination policière et le lancement d’une campagne de sensibilisation contre le racisme. Les sept députés formant le groupe recommandaient aussi des formations continues à l’attention notamment des corps policiers et des employés de la fonction publique.

À l’école, des programmes de formation et de sensibilisation seraient destinés spécifiquement aux jeunes.

Dans ce dossier, le gouvernement dit depuis des mois vouloir agir rapidement, par des actions concrètes à implanter à court terme, refusant, malgré les pressions venant de toutes parts, de qualifier de «systémique» le problème du racisme au Québec.

Par ailleurs, Jonatan Julien, qui est ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et responsable de la région de la Côte-Nord, sera dorénavant également responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Avec La Presse canadienne

À VOIR ÉGALEMENT:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.