NOUVELLES
03/04/2020 14:42 EDT | Actualisé 03/04/2020 17:15 EDT

Bell pourra acheter «V», mais en respectant des conditions

Le CRTC n'a toutefois pas publié les motifs expliquant sa décision.

Chris Wattie / Reuters

Bell pourra ajouter une chaîne généraliste francophone dans son portefeuille déjà bien garni puisque l’entreprise a obtenu un feu vert conditionnel afin d’acquérir V.

La décision rendue vendredi par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) s’accompagne d’une série d’exigences. Les motifs de l’organisme fédéral seront publiés ”à une date ultérieure”.

On devra notamment diffuser sur une base hebdomadaire cinq heures de programmation locale à Montréal et Québec - un seuil qui grimpera à 8 h 30 en 2021-2022 - ainsi qu’à Trois-Rivières, Saguenay et Sherbrooke.

Bell Média devra aussi consacrer 40 % de ses revenus de l’année précédente en émissions canadiennes et 18 % en programmation nationale.

La filiale du conglomérat de télécommunications BCE se présente comme le “plus important radiodiffuseur du Québec avec 25 stations dans 14 collectivités”.

Bell Média a dit vendredi “accueillir favorablement” l’approbation du CRTC.

“Avec cette approbation qui arrive à point, Bell est maintenant à une étape plus près d’assurer la viabilité à long terme de V alors que l’industrie de la télédiffusion traverse une période critique”, a déclaré par communiqué la présidente de Bell Média, Karine Moses.

Elle a soutenu que l’entreprise était “impatiente” d’accroître ses investissements “dans le contenu québécois et la culture québécoise grâce à V”.

Dans ce même communiqué, le président et fondateur du Groupe V Média, Maxime Rémillard, s’est dit “persuadé” que l’expertise de l’équipe de direction de Bell Média permettrait d’accroître la portée de V et “de bâtir un auditoire encore plus grand pour du contenu de haute qualité en français, dans une offre de télédiffusion multiplateforme”.

Par ailleurs, l’organisme fédéral a également autorisé l’achat de la station Radio-Classique Montréal, qui appartenait au chanteur Gregory Charles, à Leclerc Communication.

À VOIR: des festivals annulés à Montréal