Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un jeune bègue vole la vedette lors de la convention démocrate

«Joe Biden m’a rendu plus confiant sur quelque chose qui m’a dérangé toute ma vie. Imaginez ce qu’il pourrait faire pour nous tous.»

Brayden Harrington, un garçon de 13 ans, a offert au candidat démocrate Joe Biden son soutien sans réserve, jeudi soir, alors qu’il s’adressait à la nation lors de la convention nationale démocrate virtuelle.

Il s’avère que Brayden et Biden sont tous les deux bègues, et Biden a rencontré l’adolescent pour parler de ce trouble plus tôt cette année dans le New Hampshire.

«C’était vraiment incroyable de voir quelqu’un comme moi devenir vice-président», a déclaré Brayden, faisant référence au poste de Biden dans l’administration du président Barack Obama.

À VOIR: la vidéo de Brayden Harrington (en anglais)


Le bégaiement de Biden a été mentionné lors de la dernière soirée de la convention. Une courte vidéo a raconté les difficultés auxquelles il a fait face en raison de ce ce trouble lorsqu’il était enfant à l’école. En une occasion, un enseignant s’était même moqué de lui.

Assis devant une pancarte électorale de Biden, Brayden a lu des fiches qu’il a annotées de la manière spéciale que le candidat présidentiel lui avait apprise, afin de faciliter la lecture à voix haute. (En février, Biden a expliqué qu’il mettait des barres obliques à la fin des lignes.)

«Il m’a parlé d’un livre de poèmes de Yeats qu’il lisait à voix haute pour s’entraîner», a ajouté Brayden.

Il a poursuivi: «Et maintenant, je suis ici pour vous parler de l’avenir. De notre avenir. Ma famille dit souvent que les gens se sentent mieux lorsqu’ils parlent de quelque chose de normal, comme aller au cinéma. Nous voulons tous que le monde se porte mieux. Nous en avons besoin.»

«Je ne suis qu’un enfant ordinaire», a-t-il déclaré, bien qu’il soit un enfant qui ait pris la parole lors du plus grand événement politique démocrate de l’année, «et en peu de temps, Joe Biden m’a rendu plus confiant sur quelque chose qui m’a dérangé toute ma vie. Joe Biden s’en souciait. Imaginez ce qu’il pourrait faire pour nous tous.»

Biden a parlé dans le passé de son bégaiement, affirmant qu’il n’avait jamais reçu d’aide professionnelle pour cela, mais qu’il s’était plutôt exercé devant le miroir et avait reçu des encouragements de sa mère.

Il a raconté que sa mère lui disait: «Joey, ne laisse pas cela te définir. Joey, souviens-toi de qui tu es. Joey, tu peux le faire.»

Biden a semblé bégayer pendant un bref moment lors d’un débat présidentiel démocrate à la fin de l’année dernière, ayant de la difficulté à prononcer un pronom. Les partisans du président Donald Trump s’étaient impitoyablement moqués de lui.

L’ancienne attachée de presse de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, avait publié un tweet: «JJJJJJJJJe n’ai absolument aucune idée de ce dont parle Biden.» Elle s’était excusée plus tard.

Des semaines plus tard, la conseillère de campagne de Trump, Lara Trump, épouse du fils du président Eric, a passé un commentaire tout aussi désobligeant.

«Je me sens un peu triste pour Biden», avait-t-elle déclaré lors d’un événement dans l’Iowa. «Je suis censée vouloir qu’il échoue à chaque tournant, mais chaque fois qu’ils se tournent vers lui, je me dis: “Joe, pouvez-vous les sortir? Laissez les mots sortir, Joe.”»

Elle a insisté sur le fait qu’elle ne se moquait pas de Biden.

Trump allait lui-même répéter cette phrase quelques jours plus tard, lors d’un rassemblement à Las Vegas. «Biden est en colère, tout est colère, sheesh. Et c’est ce qui se passe lorsque vous ne pouvez pas prononcer les mots... Vous vous mettez en colère parce que vous ne pouvez pas prononcer les mots.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR ÉGALEMENT:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.