DIVERTISSEMENT
10/07/2019 11:03 EDT

Aziz Ansari n'évite pas la controverse dans son dernier spécial Netflix

«Je me suis senti effrayé, humilié, honteux...»

Netflix

Aziz Ansari était demeuré plutôt discret après avoir été éclaboussé en pleine vague #MeToo par un article rapportant les propos d’une femme disant que l’humoriste s’était montré trop insistant durant leur rencontre.

Une histoire qui avait évidemment fait beaucoup jaser, notamment car plusieurs s’étaient demandés si elle était réellement d’intérêt public étant donné l’absence de geste criminel et le moment où elle fut publiée.

Le créateur de Master of None ayant repris la route depuis peu pour présenter du nouveau matériel, Netflix mettait en ligne, ce mardi 9 juillet, un spécial d’une heure (Aziz Ansari: RIGHT NOW) dans lequel ce dernier adresse de plein fouet la controverse ayant complètement chamboulé son existence au cours des 18 derniers mois.

«Je n’ai pas dit grand-chose sur cette histoire. Mais j’en parle durant cette tournée, car vous êtes là, et ça signifie beaucoup. Je suis certain que vous êtes nombreux à vous demander comment je me sens face à cette situation», explique d’emblée Aziz Ansari.

«C’est difficile pour moi de répondre. Je me suis senti effrayé, humilié, honteux. Mais, ultimement, je m’en suis voulu que cette personne se soit sentie comme ça. [...] Après un an, j’espère simplement que c’était un pas en avant. Ç’a fait avancer les choses pour moi, ça m’a fait réfléchir. J’espère être devenu une meilleure personne.»

L’humoriste poursuit en expliquant qu’un de ses amis lui a dit que toute cette histoire l’a amené à repenser à tous les rendez-vous qu’il a eus dans sa vie, appréciant le fait que ses erreurs aient pu mener à une remise en question chez d’autres individus, désirant eux aussi agir de façon plus respectueuse et attentionnée.

Après cette entrée en matière pour le moins intense, au cours de laquelle le principal intéressé semblait toujours ébranlé, l’humoriste a rapidement mis le public dans sa poche en dressant un bilan peu élogieux de la société dans laquelle nous évoluons, d’un climat socio-politique où l’absence de zones grises nous éloigne de plus en plus du bon sens.

Une des lignes directrices du discours tenu par Ansari est la façon dont nous nous comportons dans le monde réel comme sur les réseaux sociaux, où tout est désormais sujet à polémique, où des carrières peuvent prendre fin en un instant, et où la ligne peut devenir particulièrement difficile à tracer. À cet égard, Ansari compare de manière particulièrement habile les conséquences et les répercussions des affaires R. Kelly et Michael Jackson.

L’humoriste démontre aussi d’une manière assez percutante à quel point certaines personnes sont désormais plus intéressées à commenter et mettre de l’avant une opinion, qu’à savoir si l’événement s’est réellement produit.

Le dernier mot

Évidemment, Ansari marche continuellement sur des oeufs ici, et tout cet exercice au cours duquel il relève habilement les contradictions et les faux-semblants de l’ère numérique et critique ses propres travers aurait paru un peu vain s’il n’avait pas bouclé la boucle avec sa propre histoire.

La réalisation de Spike Jonze s’avère particulièrement efficace à cet égard, les caméras filmant l’humoriste d’une manière peu orthodoxe, voire intrusive, pour capter ses moindres émotions, surtout celles qu’il tente tant bien que mal de cacher. Le grain pesant de la direction photo vient d’autant plus renforcer l’idée de réflexion sur un passé que l’humoriste désire laisser derrière lui, et d’un présent en constante évolution.

Ansari ne revenant pas de vive voix sur les événements abordés en début de spectacle, Jonze nous montre plutôt un homme qui a vu de très près le peu de chose auquel tient la célébrité et une carrière dans le milieu du divertissement.

Dans un silence des plus significatifs, le réalisateur exprime à la fois le réel inconfort, la grande vulnérabilité et la sincère gratitude d’un artiste exprimant toute sa reconnaissance de voir les gens se déplacer encore massivement pour l’entendre parler dans un micro.

Le talent et la grande pertinence du propos sont demeurés intacts. Mais surtout, le temps de réflexion a visiblement fait son oeuvre, et le discours paraît sincère.

RIGHT NOW dresse le portrait d’un artiste ne tenant plus rien pour acquis, et qui aspire à redevenir le modèle qu’il a toujours prétendu être.

À VOIR AUSSI: