POLITIQUE
10/10/2020 12:06 EDT

Autochtones: un député caquiste a déjà pris position contre le «racisme systémique»

Le député de Chauveau, Sylvain Lévesque, a maintenu sa position, tout en disant être solidaire de celle adoptée par le premier ministre François Legault, qui se situe pourtant à l’opposé.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes
Une femme porte un masque à une manifestation intitulée «Justice pour Joyce» à Montréal, le samedi 3 octobre 2020.

QUÉBEC - Un député de la Coalition avenir Québec a déjà pris position publiquement pour que soit enfin reconnu le «racisme systémique» dont sont victimes les Autochtones.

Dans une pirouette sémantique, le député de Chauveau, Sylvain Lévesque, a maintenu sa position, tout en disant être solidaire de celle adoptée par le premier ministre François Legault, qui se situe pourtant à l’opposé.

Malgré la pression qui ne cesse de s’accroître sur lui, provenant de toutes parts, le premier ministre Legault refuse mordicus de qualifier de «systémique» le racisme affligeant les Premières Nations.

Selon lui, cela reviendrait à dire que la nation québécoise est raciste, ce qui n’est pas le cas.

C’est là sa position, donc celle de son gouvernement et celle que défend son caucus.

En entrevue téléphonique, Sylvain Lévesque dit qu’il «partage entièrement ce que le premier ministre dit».

Il refuse d’y voir une contradiction avec ses propos tenus dans le passé, disant qu’il «assume entièrement» ses paroles.

Or, dans une chronique rédigée pour le Journal de Québec, intitulée «Le dernier tabou?» et datée du 24 novembre 2016, donc avant de se faire élire, M. Lévesque dénonçait le racisme systémique auquel les Autochtones étaient confrontés. Selon lui, il s’agissait du dernier tabou auquel la société devait s’attaquer.

Le futur caquiste vantait même la position de Québec solidaire sur la question autochtone.

En conseil national, «les élus Manon Massé et Amir Khadir ont parlé du “racisme systémique” dont seraient victimes les citoyens autochtones du Québec. Je crois qu’effectivement, le système actuel nuit au développement des premières nations», écrivait M. Lévesque.

Lançant un appel à une remise en question, il ajoutait plus loin que «ce système détruit des enfants qui ne voient aucun espoir de s’en sortir».

M. Lévesque affirme aujourd’hui que son texte portait exclusivement sur la loi fédérale sur les Indiens et la création de réserves, devenues des ghettos pour les Autochtones.

Il soutient que sa sortie ne visait pas le gouvernement du Québec, ni ses institutions.

«Je ne vois pas en quoi le système québécois est systématiquement raciste envers les Autochtones», observe le député de Chauveau.

Malgré les critiques, il soutient que le caucus de la CAQ partage à l’unanimité l’avis du premier ministre voulant qu’il convienne de rejeter l’expression «racisme systémique» du vocabulaire.

«L’équipe est très, très soudée à ce niveau-là», assure-t-il, disant que l’important consistait à proposer des «gestes forts» visant à contrer le racisme visant les Autochtones.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!