NOUVELLES
12/01/2020 10:25 EST

Australie: le premier ministre répond aux critiques après le décès d'un autre pompier

Les incendies ont fait au moins 27 morts depuis le début de la crise, qui a détruit plus de 2000 bâtiments et brûlé une zone plus grande que l’État américain de l’Indiana depuis septembre.

ASSOCIATED PRESS Photo/Rick Rycroft
Les pompiers traînent leur tuyau d'eau après avoir éteint un incendie près de Moruya, Australie, samedi 4 janvier 2020. (photo d'archives)

Un autre pompier est mort en luttant contre les incendies de forêt en Australie et le premier ministre a promis dimanche que son gouvernement s’adapterait et renforcerait la résilience du pays face aux incendies et aux dangers causés par les changements climatiques.

Le pompier - l’un des rares professionnels parmi les brigades de volontaires qui luttent contre les incendies dans le sud-est de l’Australie - est décédé samedi près d’Omeo dans l’est de l’État de Victoria, a déclaré le commissaire de la gestion des urgences de l’État, Andrew Crisp. Aucun détail sur les circonstances n’a été dévoilé.

Les incendies ont fait au moins 27 morts depuis le début de la crise qui a détruit plus de 2000 bâtiments et brûlé une zone plus grande que l’État américain de l’Indiana depuis septembre. Quatre des victimes sont des pompiers.

Depuis le début de la crise, le gouvernement conservateur du premier ministre Scott Morrison se fait reprocher de ne pas prendre suffisamment de mesures pour lutter contre les changements climatiques, qui, selon les experts, aggravent les incendies. Des milliers de manifestants se sont rassemblés vendredi soir à Sydney et à Melbourne, pour réclamer la démission de Scott Morrison et demander que l’Australie prenne des mesures plus sérieuses contre le réchauffement climatique.

Scott Morrison a répondu que son gouvernement était en train d’élaborer un plan national de réduction des risques de catastrophes qui traitera des incendies de forêt, des cyclones, des inondations et de la sécheresse. Le gouvernement travaille actuellement sur les détails du cadre avec les gouvernements locaux. 

«Il s’agit d’un modèle de risque à plus long terme qui traite de la résilience et de l’adaptation au changement climatique et c’est ce dont nous avons besoin dans nos communautés à travers le pays afin de faire face à des saisons plus longues, plus chaudes et plus sèches, qui augmentent les risques de feux de brousse », a déclaré Scott Morrison sur les ondes de l’Australian Broadcasting Corp.

Le premier ministre a ajouté que son gouvernement admettait que les changements climatiques conduisaient à des étés plus longs, plus chauds et plus secs, malgré le fait que le député George Christensen ait publié sur les réseaux sociaux ce week-end un message dans lequel il mentionnait que la cause des récents incendies était d’origine criminelle et que les feux n’étaient pas provoqués par les changements climatiques.

Les autorités ont déclaré qu’une minorité des incendies étaient d’origine criminelle.

«La politique du gouvernement est définie par le Cabinet. Il y a plusieurs opinions au sein de notre parti», a déclaré Scott Morrison à propos de ceux au sein du gouvernement qui rejettent la science.

Même si la menace des incendies est plus présente dans les communautés rurales, la fumée a étouffé certaines des plus grandes villes d’Australie, rappelant à de nombreux citadins le désastre en cours.

Samedi soir, l’emblématique Opéra de Sydney a rendu hommage à ceux qui luttent contre les incendies depuis des mois.

Des messages de soutiens et des photographies de pompiers étaient projetés sur la façade du bâtiment.

À VOIR AUSSI: Incendies en Australie : des manifestants prennent pour cible le premier ministre Scott Morrison