POLITIQUE
28/01/2021 12:05 EST | Actualisé 28/01/2021 14:27 EST

Arruda donne le feu vert à une rentrée parlementaire en personne

Le directeur national de santé publique s’est plié aux arguments des trois partis d’opposition, qui insistaient pour qu’une partie des travaux parlementaires puisse continuer à permettre les échanges entre les élus au Salon bleu.

QUÉBEC — La rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale pourra s’effectuer comme prévu le 2 février et les élus seront conviés à se présenter en personne au Salon bleu.

La Presse Canadienne a eu la confirmation jeudi matin que le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, avait donné le feu vert aux élus pour reprendre leurs travaux et, à peu de choses près, à privilégier la formule qui était en vigueur l’automne dernier.

Le Dr Arruda s’est donc plié aux arguments des trois partis d’opposition, qui insistaient pour qu’une partie des travaux parlementaires puisse continuer à permettre les échanges entre les élus au Salon bleu, notamment pour la période de questions et l’étude détaillée des projets de lois. 

Le gouvernement préconisait plutôt une rentrée parlementaire totalement virtuelle.

Depuis des semaines, les leaders des partis d’opposition et le leader du gouvernement négociaient pour trouver une formule consensuelle au sujet de la prochaine session et avaient demandé un avis à la santé publique pour une obtenir une recommandation sur le plan des mesures sanitaires.

Déjà, depuis le printemps, des mesures strictes sont appliquées. Les 125 députés ne sont plus jamais en même temps au Salon bleu, qui fonctionne en formation très réduite. Moins d’une quarantaine d’élus sont autorisés à être présents au même moment, à bonne distance les uns des autres.

Depuis le 18 juillet, toute personne présente dans les édifices de l’Assemblée nationale doit obligatoirement porter un masque.

En fait, depuis le début de la pandémie, en mars, le parlement est pratiquement désert: la plupart des employés de l’Assemblée nationale sont en télétravail. Le parlement est fermé aux visiteurs.

Aucune éclosion de COVID-19 n’a été rapportée à l’Assemblée nationale.