NOUVELLES
08/09/2020 16:07 EDT | Actualisé 08/09/2020 16:11 EDT

Arrêtez les fêtes «ridicules» pour révéler le sexe de votre enfant, dit l'inventrice du concept

«Pour l'amour de Dieu, arrêtez de brûler des choses pour faire parler du pénis de votre enfant», a écrit Jenna Karvunidis.

La femme à qui l’on attribue la popularisation des soirées révélant le sexe d’un bébé a une demande toute particulière, après qu’un incendie de forêt majeur a été allumé lors d’un de ces événements en Californie, au cours du week-end: «Arrêtez d’organiser ces fêtes ridicules.»

Samedi matin, un appareil pyrotechnique générant de la fumée utilisé lors d’une soirée de révélation du sexe d’un bébé (un «gender reveal party»), a déclenché l’incendie d’El Dorado à l’est de Los Angeles, qui a depuis brûlé plus de 9670 acres et contraint des milliers de personnes à quitter leurs demeures. Lundi soir, dans des conditions météorologiques extrêmes, il n’était encore maîtrisé qu’à 7%.

Ce type d’appareil génère généralement une fumée bleue ou rose pour indiquer le sexe du bébé, une formule que reprennent les nombreuses itérations de ces fêtes. (On ne sait pas encore de quelle couleur il s’agissait dans ce cas).

«Arrêtez ça. Arrêtez de célébrer ces fêtes ridicules. Pour l’amour de Dieu, arrêtez de brûler des choses pour faire parler du pénis de votre enfant», a écrit Jenna Karvunidis sur Facebook lundi. «Ça n’intéresse que vous.»

Mme Karvunidis a organisé ce qu’on connaît maintenant comme une «fête de révélation» du sexe en 2008, a-t-elle déclaré au HuffPost lors d’un entretien téléphonique. Elle ne l’a pas appelée ainsi à l’époque. Elle a simplement organisé une fête pendant laquelle elle et sa famille ont découvert qu’elle allait avoir une petite fille en coupant un gâteau contenant du glaçage rose.

«J’essayais simplement d’impliquer davantage ma famille et de créer de l’enthousiasme parce que ma belle-sœur venait d’avoir un bébé», dit-elle.

Après avoir publié un texte à ce sujet sur son blogue, «High Gloss and Sauce», l’idée a été reprise par un magazine local appelé The Bump. Karvunidis affirme que dans les années suivantes, elle a remarqué que les événements sont devenus plus fréquents.

L’année dernière, après qu’un utilisateur de Twitter ait décrit Karvunidis comme «l’inventrice» de la «fête de révélation», elle a déclaré à NPR que sa perception du genre avait changé.

«Qui se soucie du sexe du bébé? Je l’ai fait à l’époque parce que nous ne vivions pas en 2019 et que nous ne savions pas ce que nous savons maintenant ― que le fait de se concentrer sur le sexe du bébé à sa naissance laisse de côté une grande partie de son potentiel et de ses talents», a-t-elle écrit sur Facebook à l’époque.

Mme Karvunidis a expliqué au HuffPost qu’elle avait commencé à trouver le concept problématique lorsque sa fille a été bouleversée à Noël parce qu’elle avait reçu ce qu’elle percevait comme un «jouet pour garçon»  (il n’était pas rose).

Ces dernières années, les fêtes pendant lesquelles on révèle le genre d’un bébé sont passées de la révélation avec de simples ballons, confettis et gâteaux à des mises en scène plus spectaculaires ― parfois avec des résultats dangereux. En 2017, un homme de l’Arizona a déclenché un énorme incendie de forêt, qui a ravagé 45 000 acres et engendré plus de huit millions de dollars de dégâts. Il avait tiré sur une cible avec un appareil chargé d’une substance explosive qui, en éclatant, devait laisser s’échapper la couleur rose ou bleu. Et l’année dernière, une cascade de révélation du sexe en Australie a laissé une voiture en flammes et conduit le conducteur devant le tribunal. 

Alors que Mme Karvunidis passe son lundi soir à surveiller les avis d’évacuation depuis sa maison du sud de la Californie, en raison de l’incendie de Bobcat ― un incendie de forêt près d’Azusa situé non loin de l’incendie d’El Dorado ― elle a déclaré que les choses étaient vraiment allées trop loin.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.